Les yeux d’Amy

Goodwood Estate.
La photographe britannique Amy Shore capture la lumière et les formes avec raffinement. Sur le lieu même où le prestigieux festival de vitesse bat son plein habituellement à cette saison, elle compose un concerto en noir et blanc pour deux solistes : elle et le Taycan.

   

Porsche Taycan Turbo
Consommation électrique en cycle mixte : 26,6–22,9 kWh/100 km
Émissions de CO₂ en cycle mixte : 0 g/km (actualisation 10/2020)
Les données mentionnées dans ce magazine peuvent différer selon les pays. La consommation et les émissions de CO₂ ont été mesurées conformément à la nouvelle procédure WLTP.

« J’aime la photo authentique. » Amy Shore
Amy Shore :

Amy Shore :

Elle connaît bien le domaine de Goodwood pour y avoir fait un shooting qui a marqué sa jeune carrière. Elle est maîtresse des lieux pour une journée.

Amy Shore est née dans le Leicestershire, à deux pas du circuit de Mallory Park. En bonne Britannique, elle aime les routes de campagne, les cabines téléphoniques rouges et les pubs. C’est devant une imposante grille blanche à Westhampnett, près de Chichester, dans le sud de l’Angleterre, que nous avons rendez-vous. La grille ouvre sur un vaste domaine appartenant au duc de Richmond. La propriété familiale de Goodwood House dispose d’un jardin si grand qu’il comprend un circuit automobile, haut-lieu de courses historiques, à commencer par le festival Goodwood Revival où se côtoient des voitures de course et le meilleur de la mode des années 1940 à 1960. Il y a quelques semaines aurait aussi dû s’y tenir le Goodwood Festival of Speed, où voitures de course anciennes et modernes se seraient affrontées pendant plusieurs jours sur le circuit de la course de côte de 1,86 km de long. L’air aurait résonné du vrombissement des moteurs et du brouhaha des spectateurs, les prés auraient été noirs de monde. Mais ce n’est pas le cas, et l’herbe haute s’agite au gré du vent. On croirait presque l’entendre pousser tant le silence règne.

Force tranquille :

Force tranquille :

En temps normal, les visiteurs des différents événements organisés sur le domaine de Goodwood peuvent admirer des centaines de voitures exceptionnelles. Aujourd’hui, le Taycan est l’unique invité.

Amy Shore descend du Porsche Taycan Turbo Gris Volcano. Deux bandoulières de cuir brun se croisent dans son dos. « Je sais bien que cela me donne l’air d’un cheval harnaché, mais cela me permet d’avoir toujours mes appareils à portée de main sans qu’ils ne s’entrechoquent. » La photographe de 29 ans saisit sur sa hanche droite son Nikon D6 doté d’un objectif de 35 mm, vise la voiture placée sur la grille de départ du circuit et appuie sur le déclencheur. « J’aime les très bons objectifs. Celui-ci donne l’impression à la personne qui regarde la photo qu’elle assiste elle-même à la scène. » Sur la gauche de son harnais se balance un Nikon D850 avec un objectif de 85 mm. « C’est ma focale préférée pour les prises de près », indique Amy Shore. Son premier appareil Nikon lui a été offert par ses parents à l’âge de 16 ans. Laqueur-vernisseur de métier, son père lui a transmis sa passion pour la photographie. « Je n’aurais jamais pensé pouvoir en vivre, j’ai fait des études d’orfèvrerie », raconte-t-elle. « Je me faisais de l’argent de poche en shootant des mariages. »

» Un jour d’été 2013, on lui demande de photographier une réplique de voiture ancienne. « Je ne connaissais rien aux voitures », confesse Amy Shore. Elle cite un conseil de Richard Branson, selon lequel il faut parfois simplement s’y mettre et apprendre sur le tas. Aujourd’hui, elle applique ce conseil à la lettre. Cette commande lance sa carrière et lui permet de développer son style, désormais connue sous le nom de « Amy Style », synonyme de proximité et d’authenticité parmi les connaisseurs. Aujourd’hui par exemple, le ciel arbore un magnifique camaïeu de gris à l’intensité dramatique. Amy Shore tâche de trouver un cadre imaginaire pour sa composition entre lumière, couleurs et formes. Elle n’utilise pas de projecteurs ni de flash, le résultat serait trop artificiel. « Si mon œil peut voir quelque chose, mes appareils doivent être capables de le capturer. J’aime la photo authentique. »

Circuit de Goodwood :

Circuit de Goodwood :

En septembre 1948, Sir Stirling Moss y remporte la toute première course dans la catégorie des 500 cm³ de cylindrée. Ce circuit de 3,8 km de long fait le tour d’un aérodrome.

Elle lève les yeux vers la cime des arbres qui se frôlent délicatement, comme s’ils tentaient de préserver un secret sous leurs frondaisons. Amy Shore demande à Craig Callum d’éloigner la voiture entièrement électrique. « Il y a déjà des centaines de milliers de photos du Taycan, j’aimerais raconter ma propre histoire. »

Elle donne ses consignes de placement à son assistant sans élever la voix, par respect pour le silence inhabituel qui règne sur ce domaine bien connu. Ses confrères lui ont donné le surnom affectueux de « Queen of Goodwood ». Par gestes, elle indique la position que doit prendre le Taycan pour la photo. Son poignet gauche est orné de bracelets de l’amitié multicolores. L’un d’eux arbore les couleurs de l’arc-en-ciel, en signe de son engagement en faveur de la communauté LGBTQ, l’autre lui a été offert par sa mère. La famille est quelque chose d’essentiel pour elle. Après chaque shooting, elle appelle ses parents pour leur raconter son ressenti. C’est ce qu’elle a fait hier, quand elle a fait la connaissance du Taycan. « La première Porsche que j’ai conduite », dit-elle, cherchant ses mots. « Waouh ! Je ne sais pas comment décrire cette accélération. » Amy Shore évoque les sonorités de demain et parle de comment traduire des émotions en images. À l’entendre, Craig et elle n’auraient jamais vu autant d’animaux pendant une balade. « Le Taycan permet de faire partie intégrante de la nature, de ressentir quelque chose qui ressemble à une méditation zen. » Elle aime les animaux. Chez elle l’attend Cat Moss, son chat, baptisé ainsi en hommage au pilote automobile Sir Stirling Moss.

« Il y a déjà des centaines de milliers de photos du Taycan, j’aimerais raconter ma propre histoire. »

Amy Shore cherche à marier la beauté des paysages à la modernité de la voiture de sport. Des fougères qui se balancent nonchalamment au gré du vent se reflètent sur la carrosserie, comme si elles y avaient trouvé un nouveau terreau où s’enraciner. La photographe garde en permanence un œil sur le Taycan. Alors que le soir tombe, elle s’assied en tailleur devant son modèle du jour, parcourt les photos réalisées et lève les yeux en souriant. Les feux de la voiture s’éteignent, comme si le Taycan la remerciait, en silence.

Christina Rahmes
Christina Rahmes

Articles connexes