L’homme et la légende

Avec la nouvelle Porsche 911, August Achleitner, responsable de la gamme, conclut en beauté une carrière exceptionnelle. Entre Zuffenhausen et Weissach, il se livre sur son travail, mais aussi sur son parcours personnel.

km 000–035
1. Zuffenhausen
2. Weissach

Vous pouvez écouter l’article ici (uniquement disponible en anglais)
  • Of Myths and Men

Départ :

Départ :

La 911 s’élance depuis le site historique de Zuffenhausen, là où tout a commencé.

August Achleitner affiche une parfaite maîtrise. Quand il est au volant de la Porsche 911 sur les 35 km de route qui séparent le site de Zuffenhausen du Centre de développement de Weissach, l’homme et la machine ne font plus qu’un. Entre les deux, c’est la symbiose parfaite. Nulle autre sportive allemande ne suscite de telles émotions. Nulle autre voiture de sport au monde n’associe avec une telle aisance des qualités en apparence contradictoires : confort et dépouillement, exclusivité et aptitude à un usage au quotidien, style et praticité. La 911 est un objet de désir, et August Achleitner n’y est pas pour rien. Il n’est pas seulement un artisan zélé de la conception de la voiture, il y a également mis une part de lui-même.

Il en est à sa troisième 911. Sur sa carte de visite, on peut lire « Directeur des gammes 718 et 911 », mais ce descriptif de poste ne rend pas compte de l’ampleur de sa tâche. D’aucuns lui attribueraient plutôt le titre de « gardien du temple », celui à qui l’on a confié une mission de première importance : veiller à la destinée de l’icône de la marque.

August Achleitner n’oublie jamais d’où il vient ni où il va. Pour lui, il importe que « la 911 offre des sensations de conduite incomparables. » Mais comment fait-il pour supporter une telle responsabilité, pour s’acquitter d’une mission que lui envient tous les enfants du monde, pour remettre toujours l’ouvrage sur le métier ? Comment ne pas être tétanisé par l’enjeu, comme certains compositeurs ou poètes ont pu l’être devant une page blanche ?

Quand il conduit la 911, il refuse tout fond sonore. La musique le dérange, car il est à l’affût des sons émis par la voiture : « Pour comprendre une voiture, il faut d’abord l’écouter. » Il fait preuve de la même concentration au volant que dans son bureau à Weissach : « Je suis ingénieur dans l’âme, parfois jusqu’à l’excès. » Après quelques secondes de réflexion, il ajoute : « Mais je ne suis pas rationnel au point d’être incapable de m’enthousiasmer. »

« Pour comprendre une voiture, il faut d’abord l’écouter. » August Achleitner

Et comme tant d’amoureux de la marque, il se souvient parfaitement de sa première Porsche. En 1983, alors qu’il vit encore à Munich, August Achleitner conduit une Carrera le temps d’un week-end : une 911 Cabriolet neuve de couleur rouge. Aujourd’hui encore, le souvenir de chaque virage, de chaque lieu traversé est gravé dans sa mémoire : le col de Kesselberg, le lac de Kochel, puis direction Garmisch-Partenkirchen. « Une expérience fantastique », conclut l’ingénieur.

Plein air :

Plein air :

En route vers Weissach, la 911 longe les collines boisées à l’ouest de Stuttgart, véritables poumons de la ville.

Pour saisir toute la beauté de ces instants magiques, il faut se replonger dans le contexte de l’époque. Jeune ingénieur, August Achleitner évolue depuis l’enfance dans l’univers des automobiles haut de gamme. Son père occupe alors la fonction de directeur du développement chez BMW. Souvent, il revient au domicile familial au volant de nouveaux modèles BMW, ou d’autres marques. Cette période de découverte de l’automobile façonne la personnalité du jeune August, mais aussi sa relation à Porsche et à la 911. « À vrai dire, elle était la moins avancée technologiquement des trois modèles Porsche disponibles à l’époque », se souvient-il. Le jeune homme lui reproche son manque de caractère, son conformisme, mais aussi son côté désuet. August Achleitner se demande notamment pourquoi la 911 n’est pas dotée d’équipements qui sont généralement présents sur d’autres modèles de l’époque, même s’il reconnaît, par exemple, que l’ABS « ne répond pas aux critères de la 911. » Dans le même temps, il est fasciné par le « charisme » dégagé par la sportive, « avec ses formes uniques et son concept. » Il explique : « À l'époque, le moteur arrière s’apparentait à une excentricité. » Par la suite, il rejoint les équipes chargées du développement des modèles Porsche, où il entreprend « d’améliorer certains aspects de la voiture, sans pour autant bouleverser son concept de base, car la 911 est unique en son genre. » Aujourd’hui encore, ce postulat continue de guider son travail, comme en témoigne l’habitacle de la nouvelle 911, où l’affichage Full HD du système de commande Porsche Advanced Cockpit côtoie le compte-tour analogique classique, placé au centre du combiné d’instruments.

Mais à l’époque où August Achleitner commence à se faire un nom chez Porsche, les concepteurs doivent relever un tout autre défi : mettre à profit les avancées réalisées dans les méthodes de calcul et les progrès techniques pour optimiser le comportement en courbe de la prochaine génération de la 911. August Achleitner et ses collègues s’attellent immédiatement à la tâche. Les ingénieurs de Weissach ont toujours su optimiser les générations successives de Porsche 911, de la fameuse série G à la dernière 911 refroidie par air, en passant par la célèbre 964 : « La 993 a constitué une formidable avancée par rapport aux générations précédentes », se souvient August Achleitner.

Mais le meilleur est encore à venir. Quand on demande à August Achleitner quelle était pour lui la période la plus passionnante de sa carrière, sa réponse ne manque pas d’étonner : 1991 et 1992. Porsche traverse alors une crise profonde, l’entreprise menace de disparaître. « Ça a secoué l’équipe », explique l’ingénieur.

L’offre est alors entièrement revisitée, et la marque présente « enfin » le Boxster, le modèle qui permet de s'initier au plaisir de conduire une Porsche. Puis la 911 Type 993 arrive. L’entreprise est sauvée. August Achleitner dirige la conception de la génération suivante, la 911 Type 996. En 2001, il prend la tête de la gamme 911. Depuis deux ans, il est également responsable de la gamme 718.

August Achleitner s’implique toujours davantage dans son travail, même en dehors du bureau. « Nous avons décidé de l’empattement de la 996 un dimanche après-midi, autour d’un café », raconte-t-il. « Huit centimètres en plus. » Avec la 997, le nouveau responsable de la gamme 911 dirige pour la première fois le cycle complet de développement : « Après quatre ans de travail sous le sceau du secret et de la confidentialité, il faut présenter le modèle et s’exposer aux retours et aux critiques du public. » August Achleitner ressent une « tension énorme », car « certaines décisions sont purement instinctives. » Il se réjouit d’autant plus de l’accueil favorable que réservent les clients et la presse au fruit de son travail.

August Achleitner maîtrise parfaitement l’art de diriger une équipe de conception automobile : il faut donner la direction à suivre, tout en laissant une certaine liberté d’action. Les ingénieurs ont toujours un coup d’avance, et parfois ils passent à la vitesse supérieure avant tout le monde. Ainsi, la nouvelle 911 est équipée pour la première fois d’une boîte de vitesses à double embrayage PDK huit rapports. Avec ses passages de rapport extrêmement rapides, elle offre un plaisir de conduire plus intense que jamais. Le huitième rapport fait office de deuxième vitesse surmultipliée, ce qui permet de réduire la consommation. « L’étagement des rapports est encore plus harmonieux », ajoute August Achleitner. Au volant, ce passionné de routes de montagne éprouve les plus grandes difficultés à réfréner le technicien qui sommeille en lui : « L’ingénieur en moi reprend le dessus dès que la voiture ne fait pas ce que je veux. » Dans ce cas, le travail reprend à Weissach, jusqu’à ce l’ingénieur donne son feu vert : « Maintenant, elle est prête. » August Achleitner est un perfectionniste qui peaufine la voiture jusqu'à ce qu'il soit pleinement satisfait, comme lors de cet essai récent dans le Tyrol sous une pluie battante, où le nouveau Porsche Wet Mode a fait ses preuves : « Le système de régulation est extrêmement sensible. La différence est patente. Nous sommes les seuls à proposer ça. »

« L’ingénieur en moi reprend le dessus dès que la voiture ne fait pas ce que je veux. » August Achleitner

Ce rationaliste est à l’écoute de ses sensations et de son instinct : il « ressent » sa voiture, sur la Boucle Nord du Nürburgring comme sur son parcours préféré dans le Tyrol. S’il conduit régulièrement des modèles 911, il se passionne aussi pour la moto. Il est d'ailleurs convaincu que piloter une moto permet de mieux conduire une voiture : « En moto, il faut être beaucoup plus attentif à son environnement. On anticipe plus vite les situations potentiellement dangereuses, on a une vue d’ensemble du trafic et on ressent beaucoup mieux le comportement du véhicule et ses réactions sur la route. »

C’est la raison pour laquelle le quintuple champion du monde de moto Toni Mang compte parmi les idoles de jeunesse d’August Achleitner. Mais aussi, bien entendu, Walter Röhrl, qui évolue dans « une classe à part ». Le pilote fait depuis longtemps partie de ses amis : « Je l’aime beaucoup parce qu’il est authentique et sincère. Il est parfois un peu brut dans ses propos, mais il dit les choses telles qu’elles sont. Je ne pense pas être très différent de lui. »

Arrivée :

Arrivée :

August Achleitner et la nouvelle 911, l’homme et la machine en harmonie.

August Achleitner et Walter Röhrl partagent de nombreux points communs : « Et pas seulement en matière d’automobile : Walter est passionné de sport, de VTT et de ski. Il se lève tôt et n’est pas du genre à se coucher à deux heures du matin. Je suis exactement pareil : pour moi, la journée du lendemain est trop importante pour ça. » Parfois, l’ingénieur joue les copilotes pour Walter Röhrl. Il est très impressionné par le calme du double champion du monde de rallye quand il est au volant : une qualité dont fait également preuve le responsable de la gamme 911.

Au-delà de leur caractère, si les deux hommes se comprennent bien, c’est aussi parce qu’ils ont en commun ce style si particulier : l’un l’exprime au volant, l’autre dans sa vie professionnelle. August Achleitner puise sa force dans sa maîtrise de soi. Il ne cède jamais à la panique. D’aucuns peuvent se laisser emporter par leurs émotions, pas lui, même aujourd’hui, à l’heure de la grande première de la nouvelle 911, bouquet final du directeur des gammes 718 et 911.

August Achleitner

Né le 6 novembre 1955, August Achleitner quitte Munich avec sa famille en 1983 pour s’installer à Stuttgart. S’ensuivent 35 ans chez Porsche, d’abord au développement des châssis, puis en qualité de responsable « Planification technique des produits, concepts et package ». En 2001, August Achleitner devient responsable de la gamme 911. Il dirige également la gamme 718 depuis 2016.

Spécificités de la nouvelle 911

Porsche Wet Mode
Au moyen de capteurs logés dans les passages de roue avant, le système détecte l’état de la chaussée en analysant les variations de fréquence du bruit de roulement. En cas de chaussée mouillée, le dispositif informe le conducteur et l’invite à activer la fonction Wet Mode. Les systèmes de gestion de la stabilité (PSM) et de la motricité (PTM) adaptent alors le comportement de la voiture aux conditions de conduite tandis que l’aileron arrière passe en position Performance à partir de 90 km/h afin de prévenir l’aquaplaning sur le train arrière.

Boîte PDK 8 rapports
Entièrement repensée, la nouvelle boîte de vitesses à double embrayage PDK 8 rapports se distingue par son étagement encore plus harmonieux. Son système hydraulique optimisé permet des passages de rapport extrêmement rapides en mode manuel et Sport Plus : jusqu’à présent, seuls certains modèles GT pouvaient offrir de telles performances. La vitesse de pointe est atteinte au 6e rapport. Le 8e rapport, qui fait office de deuxième vitesse surmultipliée (overdrive), accroît l’efficience de la 911.

Porsche Advanced Cockpit
Le compte-tour analogique trône au centre du combiné d’instruments. Installés de part et d’autre, deux afficheurs Full HD 7 pouces s’animent quand le moteur démarre. Pour paramétrer l’affichage du tableau bord et celui de l’écran 10,9 pouces du Porsche Communication Management avec système de navigation, le conducteur peut utiliser la commande tactile ou les quatre touches sensitives de la console centrale, dotées d’une fonction de retour auditif et tactile.

Gerald Enzinger
Gerald Enzinger

Journalist, author and TV expert on the topic of Formula 1.