« Les rêves sont notre
motivation première »

L’entrée en bourse historique de Porsche.

   

 911, 914, 917 : une suite de chiffres liés aux véhicules iconiques de Porsche. La 916, produite en seulement onze exemplaires, n’était jusqu’à présent connue que des initiés. À présent, elle symbolise le dernier succès en date de l’entreprise de Stuttgart.

En effet, le 29 septembre 2022 à 9h16, les actions de Porsche AG se sont pour la première fois affichées à Francfort sur le panneau de la plus grande salle des marchés de la bourse allemande. « Nous écrivons un nouveau chapitre de l’histoire unique de Porsche », a affirmé Oliver Blume, directeur général de Porsche AG, lors de son discours dédié à ce moment historique. Il a ensuite remercié les plus de 37 000 employés de l’entreprise. Un trader a énoncé les règles qui président lors d’une nouvelle émission et la valeur de l’action dotée du symbole boursier P911. Ces annonces ont été saluées par une salve d’applaudissements spontanés.

Le début d’une nouvelle ère pour Porsche AG. Christophorus a saisi cette opportunité de s’entretenir avec Oliver Blume et Lutz Meschke, directeur général adjoint et directeur financier et IT, des raisons et du contexte de cette introduction en bourse.


Monsieur Blume, Monsieur Meschke, vous venez d’effectuer avec succès l’introduction en bourse de Porsche. Comment vous sentez-vous ?

Oliver Blume : Porsche est née d’un rêve, celui de Ferry Porsche. Depuis les origines, notre plus grande motivation réside dans la réalisation des rêves de nos clients. Nous venons à présent de réaliser l’un de nos plus grands rêves à nous. C’est un moment historique et l’un des jalons majeurs de l’histoire de notre entreprise.

Nous sommes tous très fiers de ce que nous avons accompli en tant que famille Porsche. Quel moment vous a particulièrement ému ?

Oliver Blume : Cette réussite repose sur une équipe performante qui a œuvré pendant de nombreuses années pour préparer cette étape. Il est toujours émouvant de constater au quotidien l’engagement sans cesse renouvelé de tous nos collègues. Et puis de voir le nom de Porsche s’inscrire sur le panneau d’affichage de la Bourse de Francfort. Faire résonner la cloche pour toute l’équipe a constitué le couronnement et un moment fort. On ne vit ce type de projet qu’une fois dans sa vie.

Pourquoi le moment était-il venu pour Porsche de rentrer en bourse ?

Lutz Meschke : Au fil des dernières années, nous avons vraiment consolidé Porsche et créé une base solide grâce à une stratégie claire, des technologies et des produits de pointe et surtout, une culture exceptionnelle de la performance. Nous avons démontré que nous pouvons atteindre le succès même dans des conditions difficiles. Notre entreprise affiche une excellente santé et notre carnet de commandes atteint un niveau record. En 2021, nous avons atteint un résultat opérationnel de plus de cinq milliards d’euros avec un rendement de 16 %. Notre entrée en bourse nous confère une marge de manœuvre supplémentaire pour procéder à une transformation. Porsche a ainsi retrouvé son autonomie en tant qu’entreprise.

Quelle forme prendra la collaboration avec le groupe Volkswagen ? Quel rôle y tiendra Porsche ?

Oliver Blume : Les deux parties doivent profiter à l’avenir de synergies au niveau de l’achat, des composants, des technologies et des usines. Le double statut de directeur général de Porsche et de Volkswagen nous confère des avantages non négligeables. Nous considérons l’entrée en bourse comme une situation gagnant-gagnant car au final, les deux partenaires poursuivent les mêmes objectifs : une évolution durable et créatrice de valeurs. Le groupe Volkswagen profitera des dividendes qui seront ensuite investis dans la transformation.

Vous mettez toujours tous deux l’accent sur l’esprit d’équipe. Comment se traduit-il chez Porsche et comment s’ancrera à l’avenir cette culture chez Volkswagen ?

Lutz Meschke : Si l’on cible un succès durable, il est indispensable d’agir comme une seule équipe. La cohésion et l’estime mutuelle sont fondamentales. Nous dirigeons Porsche comme une équipe sportive. Nous en faisons partie intégrante, nous ne sommes pas assis dans les tribunes. Nous nous chargeons de l’organisation et de la tactique, mais nous laissons à chacun suffisamment d’espace pour tirer profit de ses propres atouts. Nous pensons toujours en termes de chances. Nous croissons grâce à nos succès et nous apprenons de nos défaites. En tant que membres de la direction, nous souhaitons rester en permanence au cœur de l’action, un peu comme des entraîneurs.

Oliver Blume : La création d’un esprit d’équipe constitue également chez Volkswagen un aspect central. Si nous sommes soudés et nous engageons pour un objectif commun, nous pourrons réussir. La solidarité est essentielle. Volkswagen dispose d’une équipe hautement qualifiée en mesure de déployer une énorme puissance.

« Nous préserverons l’héritage de la marque. »

Oliver Blume

Lors de l’entrée en bourse, l’accent a été mis sur le caractère unique de la marque. Quels aspects concrets l’illustrent au mieux ?

Lutz Meschke : Porsche est une marque iconique qui possède un héritage unique et qui se classe aujourd’hui parmi les marques de luxe les plus appréciées au monde. Le sport automobile constitue une part importante de notre ADN, tout comme notre approche singulière de la conception. Nous restons sans compromis fidèles à tous ces aspects et Porsche fascine ainsi de nombreuses personnes dans le monde. La 911 Sport Classic en est un bon exemple : elle représente la tradition avec l’une de nos voitures de sport iconiques, associée à la technologie la plus moderne auxquelles s’ajoutent des performances de pointe et l’expérience de conduite inimitable de Porsche.

Quel rôle joue l’héritage de Porsche, et ceci également au niveau de l’évolution de la totalité du secteur de l’automobile ?

Oliver Blume : Nous regardons vers l’avenir sans cependant oublier nos origines. Pour Porsche, il ne s’agit jamais de simples voitures, mais de s’inscrire dans une communauté globale. Nombre de nos admirateurs nous suivent depuis des décennies. Ceci nous rend très fiers et nous ressentons le devoir envers nos clients et nos fans de préserver l’héritage de la marque Porsche.

Lutz Meschke : Ceci s’applique aussi au niveau de la transformation du secteur automobile. Nous avons dévoilé avec le Taycan la mobilité électrique selon Porsche. Il est 100 % électrique et 100 % Porsche, et il rencontre un énorme succès.

Quels sont vos objectifs stratégiques prioritaires pour les temps qui viennent ?

Oliver Blume : Nous souhaitons bien entendu poursuive la transition vers la mobilité électrique. Ce processus s’accélère chez Porsche comme chez peu d’autres constructeurs. D’ici 2030, nous espérons pouvoir livrer plus de 80 % de nos véhicules dans une version entièrement électrique. Ceci impacte bien sûr notre stratégie de production. Le Macan électrique est déjà dans les cartons et devrait être commercialisé en 2024. Nous planifions également des versions entièrement électriques de la 718 ainsi qu’un nouveau SUV entièrement électrique dans la catégorie luxe.

Lutz Meschke : Tout repose sur notre stratégie de durabilité, qui doit être écologique, sociale et rentable. Nous tentons actuellement d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2030 sur la totalité de notre chaîne de création de valeur. Dans notre usine principale de Stuttgart-Zuffenhausen, nous avons déjà atteint la neutralité carbone depuis 2020, dans notre usine de Leipzig et notre centre de développement de Weissach, depuis 2021.

« Si l’on veut réussir, il faut agir en tant qu’équipe soudée. »

Lutz Meschke

Porsche incarne un luxe moderne. Que signifie au juste ce terme ?

Oliver Blume : Le monde évolue, tout comme la représentation du luxe et les exigences des clients. Porsche est positionnée dans ce segment et produit actuellement un nombre de véhicules si élevé que cela impacte positivement nos bénéfices. Dans le groupe en forte croissance des « personnes à valeur nette élevée », le thème de la durabilité gagne par exemple en importance, tout comme ceux de l’individualisation et de la personnalisation. Le caractère que les clients associent à une marque joue également un rôle prépondérant. Porsche répond à toutes ces attentes.

Où voyez-vous le potentiel de croissance le plus prometteur ?

Lutz Meschke : Nous pensons que le groupe des personnes à valeur nette élevée comprendra en 2026 plus de 100 millions d’individus dans le monde et qu’ils seront plus jeunes et féminins. Nous ciblons précisément cette clientèle. Nous continuerons bien entendu aussi à prendre en considération les besoins de nos fidèles clients actuels. Nous profitons également de la diversité de notre portefeuille. Nous nous attendons à ce que les voitures de sport de luxe constituent des moteurs pour notre croissance, tout comme les SUV, sans oublier bien sûr, le fort potentiel offert par la mobilité électrique.

Sur le chemin de la croissance, Porsche entend emprunter de nouvelles voies. Mot clé : la 360° Customer Experience. Que peuvent attendre les clients et les fans de la marque ?

Oliver Blume : Nous souhaitons créer des moments inoubliables. Lorsque l’on s’offre une Porsche, on n’achète pas seulement une voiture. On devient membre de l’univers Porsche et l’on bénéficie d’un vaste spectre d’expériences offertes par la marque, parmi lesquelles une grande variété d’offres numériques et un réseau mondial de concessionnaires, sans oublier notre nouveau concept Destination Porsche que nous souhaitons mettre en place d’ici 2030 dans plus de 600 sites, ou bien encore notre Experience Center qui propose des expériences de conduite inoubliables. Enfin et surtout, l’usine Porsche Exclusive où nous poursuivons le travail de Ferry Porsche : si quelqu’un ne trouve pas la voiture de ses rêves, il peut la faire entièrement construire selon ses souhaits personnels. Nous y réalisons les rêves les plus prestigieux jusque dans les moindres détails.


À la Bourse de Francfort, Oliver Blume et Lutz Meschke font résonner la cloche en clôture : les actions Porsche sont désormais disponibles à la vente et on assiste au début d’une nouvelle ère pour l’entreprise, ses employés et ses actionnaires. Les invités effectuent à nouveau des standing ovations. Il est 9h17 lorsque la cloche cesse de résonner. L’histoire du succès de Porsche continue.

Thomas Ammann
Thomas Ammann
Articles connexes

Consommation et émissions

911 Sport Classic

WLTP*
  • 12,6 l/100 km
  • 285 g/km

911 Sport Classic

Consommation et émissions
Consommation de carburant en cycle mixte (WLTP) 12,6 l/100 km
Émissions de CO₂ en cycle mixte (WLTP) 285 g/km
Classe d'efficacité: G
A
B
C
D
E
F
G 285 g/km

Taycan 4S

WLTP*
  • 0 g/km
  • 24,1 – 19,8 kWh/100 km
  • 370 – 512 km

Taycan 4S

Consommation et émissions
Émissions de CO₂ en cycle mixte (WLTP) 0 g/km
Consommation électrique en cycle mixte (WLTP) 24,1 – 19,8 kWh/100 km
Autonomie électrique en cycle mixte (WLTP) 370 – 512 km
Autonomie électrique en cycle urbain (WLTP) 454 – 611 km
Classe d'efficacité: A
A 0 g/km
B
C
D
E
F
G