L’appel du vent

Le kitesurf constitue à la fois un sport extrême et une source d’énergie. Aucun lieu en Europe n’est plus propice à sa pratique intensive que la ville espagnole de Tarifa. Une rencontre avec le vent et les vagues et deux superstars du circuit international.

   

Une accélération tout simplement magique. Le kitesurfeur Liam Whaley se dirige vers une vague sur la lame de laquelle il atteint une vitesse d’environ 50 km/h. Il s’extrait de l’eau avec sa planche en carbone d’un poids de seulement 2,5 kilogrammes, puis dirige son aile vers le ciel en tirant sur la barre de guidage qui le relie à la voile grâce à des lignes hightech. Cette impulsion pour le décollage le catapulte à une altitude de 20 mètres, soit la hauteur d’un immeuble de cinq étages. Au point culminant de son saut, il dirige la voile dans la loop. La voile effectue une rotation autour de son axe et provoque une accélération qui génère l’ascension verticale du kitesurfeur et lui permet de voler librement à une vitesse pouvant atteindre 100 km/h. Liam Whaley plane pendant 120 mètres, effectue un mouvement circulaire avec la voile au-dessus de lui dans le ciel de manière à pouvoir la maîtriser, avant d’atterrir en douceur sur la surface de l’eau.

La mer comme scène :

La mer comme scène :

ces figures artistiques font partie intégrante du quotidien de Liam Whaley. Spectateurs et promeneurs n’en croient pas leurs yeux.
« J’exprime mes sentiments sur l’eau. » Liam Whaley

Liam Whaley

Fils d’une mère hollandaise et d’un père britannique né à Ibiza, Liam Whaley a commencé la pratique du kitesurf dès l’enfance. Après ses victoires en freestyle dans des compétitions junior espagnoles et européennes, à 18 ans il a remporté la victoire lors du Freestyle Worldtour. En 2018, il a participé à son premier Red Bull King of the Air et s’est directement hissé sur la seconde marche du podium. En 2021, il a remporté le Big Air Cold Hawaii Games au Danemark. Le jeune homme de 25 ans gère sa propre école de sports nautiques, le Liam Whaley Pro Center situé sur la plage de Valdevaqueros qui propose du matériel de Kitesurf de DUOTONE et abrite un Porsche Lounge exclusif.

Un groupe de promeneurs sur la plage de la ville de Tarifa contemple la scène, fasciné. Des murmures et des bribes de mots se font entendre : « increíble … espectacular … loco … » Incroyable, spectaculaire, dingue. Rita Arnaus se tient non loin et sourit en observant ces mega loops : « Liam est dans son élément. » Le jeune homme de 25 ans est kitesurfeur professionnel, une star du circuit, et il est chez lui à Tarifa en Espagne. Sa spécialité en plus du freestyle : le big air. Dans cette discipline, les kitesurfeurs tentent de sauter aussi haut et longtemps que possible tout en effectuant des figures. Rita Arnaus, la coéquipière de Liam, excelle dans le freestyle, une discipline dans laquelle les ­compétiteurs exécutent des figures d’une grande complexité technique rappelant la gymnastique artistique. La jeune femme de 27 ans s’entraîne pendant quelques jours avec Liam à Tarifa. 

Rita Arnaus

Les parents de cette jeune femme de 27 ans étaient déjà champions espagnols de planche à voile. Rita, qui est née et a grandi à Barcelone, a seulement commencé le kitesurf à l’âge de 16 ans. Peu de temps après, elle est devenue kitesurfeuse professionnelle et à 19 ans, elle a participé à sa première compétition, ce qui lui a valu de remporter à plusieurs reprises le titre de championne d’Espagne. Elle est à l’heure actuelle vice-championne du monde du GKA Freestyle Worldtour 2021.

Tout simplement surréel :

Tout simplement surréel :

ce qui ressemble à un montage photo est en fait une scène tirée de la discipline la plus exigeante : le big air. Lors de son saut à l’arrière-plan du 718 Boxster, Liam Whaley atteint une vitesse de 100 km/h.

Le lieu situé sur la Costa de la Luz constitue l’équivalent pour l’Europe de l’île hawaïenne de Maui au niveau international : un eldorado pour tous les sports aquatiques. Ici, à l’extrémité sud du continent européen, le long du détroit de Gibraltar, le vent souffle avec une force incroyable et les tempêtes sont bien plus fréquentes que n’importe où sur le reste du continent. Un lieu magique où se rencontrent l’Europe et l’Afrique, l’Atlantique et la Méditerranée. Tarifa attire les vacanciers amateurs de kitesurf et accueille des compétitions internationales en tant que ville organisatrice. Dans les années 1990, la planche à voile y constituait la discipline reine, mais à l’heure actuelle, le kitesurf est devenu le sport nautique le plus tendance.

Un sport extrême qui fascine, non seulement les spectateurs et les promeneurs, mais aussi ceux qui le pratiquent et qui se laissent véritablement envoûter. Glisser sur l’eau offre une sensation des plus agréables, tandis que les sauts et le vol confèrent une impression de légèreté absolument époustouflante. Le kitesurf est un sport spectaculaire, mais aussi parfois risqué. 

En apprendre les bases s’avère plus rapide (en seulement une semaine) que pour les autres sports de glisse et le kitesurf est une discipline flexible qui offre de nombreuses possibilités : chacun trouvera la pratique qui convient à son style, que ce soient les spécialistes des vagues, les artistes des sauts, les amateurs de figures ou tous ceux qui cherchent simplement la détente et souhaitent ressentir la caresse du vent frais sur leur visage.

Parfaitement équipé :

Parfaitement équipé :

les planches de Liam Whaley sont des constructions hight-tech en carbone.

Le vent a d’ailleurs des effets positifs sur le corps et l’âme, comme l’ont démontré de toutes récentes études psychologiques. La pratique du kitesurf nous apprendrait ainsi à nous décontracter et à accepter que nous ne sommes pas en mesure de contrôler certains paramètres de notre vie. Le vent et les vagues ne se plient pas aux attentes des êtres humains. Lorsque Liam Whaley rejoint la plage après sa séance de big air, il nous confie : « Quand je suis dans un mauvais jour, je vais à la mer, car c’est ma zone de sécurité. Je n’ai à parler à personne, mais je peux exprimer mes sentiments sur l’eau. Ça me permet de refaire le plein d’énergie positive. » 

Le Levant, un vent d’est, semble se calmer un peu. Il est donc temps de se rendre sur une autre plage, la plage de Balneario, mieux adaptée au freestyle, la discipline de Rita. En route donc pour Valdevaqueros. Liam Whaley charge son équipement dans son Cayenne E-Hybrid Coupé. Chez elle, à Barcelone, Rita conduit également ce modèle, mais pour son court voyage vers Tarifa, elle s’est installée au volant d’un 718 Boxster 25 ans, à l’aéroport de Málaga. Lors de son trajet, le vent s’est fait de plus en plus puissant et Rita l’a apprécié en laissant la capote ouverte. Il est à présent temps pour elle de passer du confort de son cabriolet à sa planche.

Sur la Playa Valdevaqueros longue de quatre kilomètres et d’une largeureur de 120 mètres, Rita extrait son équipement posé sur le siège passager du Boxster, prépare sa voile, enfile sa combinaison en néoprène et se dirige en courant vers l’eau. L’Espagnole effectue gracieusement plusieurs rotations, et lors de ses sauts, elle passe la barre de sa voile derrière son dos en passant d’une main à l’autre, effectue une nouvelle rotation en l’air autour de son propre axe : en haut, vers l’avant, vers l’arrière, le tout avec la grâce d’une danseuse. Une fois revenue sur la terre ferme, Rita ne peut s’empêcher de rire quand elle entend cette comparaison : « Lorsque j’étais adolescente, je rêvais vraiment d’entamer une carrière de danseuse. C’est ce qui m’a permis d’apprendre à contrôler les mouvements de mon corps. » Selon elle, encore aujourd’hui, elle bénéficie énormément de cet apprentissage pour le kitesurf. « Abandonner ma formation de danseuse a été une décision difficile à prendre, mais j’ai combiné les deux et maintenant, je danse avec le vent. »


Dans la vidéo : des vues spectaculaires de Tarifa

Des prises de vue avec le vent, des plages de rêve et des impressions authentiques de la production du Christophorus : Liam Whaley et Rita Arnaus exécutent sur l’eau des figures époustouflantes et sont à la recherche de l’endroit parfait pour une photo idéale.

L’engagement pour le kitesurf

En plus du tennis et du golf, Porsche apporte son soutien au développement du kitesurf. Le constructeur de voitures de sport a ainsi en novembre 2021 pour la première fois sponsorisé la compétition Big Air Red Bull King of the Air et a coopéré avec la marque DUOTONE, leader international dans les équipements de kitesurf. Avec Liam Whaley et Rita Arnaus, Porsche collabore avec deux partenaires classés parmi l’élite internationale du kitesurf.

Bernd Zerelles
Bernd Zerelles

Articles connexes

Consommation et émissions

Boxster Édition 25 ans

WLTP*
  • 10,9 – 10,1 l/100 km
  • 247 – 230 g/km

Boxster Édition 25 ans

Consommation et émissions
consommation de carburant en cycle mixte (WLTP) 10,9 – 10,1 l/100 km
émissions de CO₂ en cycle mixte (WLTP) 247 – 230 g/km
Classe d'efficacité: G
NEDC*
  • 10,8 – 9,6 l/100 km
  • 246 – 219 g/km

Boxster Édition 25 ans

Consommation et émissions
consommation de carburant en cycle mixte (NEDC) 10,8 – 9,6 l/100 km
émissions de CO₂ en cycle mixte (NEDC) 246 – 219 g/km
Classe d'efficacité: G

Cayenne E-Hybrid Coupé

WLTP*
  • 3,7 – 3,2 l/100 km
  • 85 – 73 g/km
  • 26,5 – 25,3 kWh/100 km
  • 41 – 43 km

Cayenne E-Hybrid Coupé

Consommation et émissions
consommation de carburant en cycle mixte (WLTP) 3,7 – 3,2 l/100 km
émissions de CO₂ en cycle mixte (WLTP) 85 – 73 g/km
consommation électrique en cycle mixte (WLTP) 26,5 – 25,3 kWh/100 km
autonomie électrique en cycle mixte (WLTP) 41 – 43 km
autonomie électrique en cycle urbain (WLTP) 43 – 47 km
Classe d'efficacité: E
NEDC*
  • 2,6 – 2,5 l/100 km
  • 60 – 58 g/km
  • 22,4 – 22,0 kWh/100 km

Cayenne E-Hybrid Coupé

Consommation et émissions
consommation de carburant en cycle mixte (NEDC) 2,6 – 2,5 l/100 km
émissions de CO₂ en cycle mixte (NEDC) 60 – 58 g/km
consommation électrique en cycle mixte (NEDC) 22,4 – 22,0 kWh/100 km
Classe d'efficacité: E