Le diamant de Leipzig

Plongée en production : il y a vingt ans débutait dans l’usine de Leipzig l’ère des voitures à quatre portes de Porsche.

   

Du haut de ses 32 mètres, la construction ressemble de loin à la tour de contrôle d’un aéroport. Mais pour la plupart des observateurs, la forme conique du bâtiment n’est pas sans rappeler celle d’un diamant, auquel l’usine Porsche doit son surnom. Et il faut dire qu’il lui va plutôt bien, le diamant incarnant tout ce qui brille et réussit. Deux années à peine se sont écoulées entre l’ouverture du chantier de construction en 2000 et la production du premier Porsche Cayenne. Sortie de terre à toute vitesse, l’usine de Leipzig représentait également une grande prise de risque pour l’entreprise. Mais l’architecture du bâtiment témoigne plus d’audace et de confiance que de crainte.

Parallèlement au premier SUV, l’usine commence également en 2003 la production de la première supersportive de Porsche, la Carrera GT – 1 270 exemplaires issus d’un travail fait main. Et face au succès immédiat que rencontre le Cayenne, premier SUV sportif de la marque, une première extension de l’usine est décidée en 2004. 

Quatre autres suivront, pour assurer les capacités de production des modèles Panamera et Macan, puis des voitures hybrides et à moteur électrique. De nouveaux modèles sont en permanence intégrés aux processus existants. « Nous avons toujours pensé et développé Leipzig de manière stratégique », affirme Albrecht Reimold, membre du directoire de Porsche en charge de la production et président du conseil de Porsche Leipzig GmbH, une filiale à 100 pour cent de Porsche AG. « Dans le futur, nous prévoyons de produire d’autres modèles de voitures électriques dans l’usine de Leipzig. »

Mixité en production :

Mixité en production :

dans l’un des halls d’assemblage les plus modernes au monde, tous les modèles transitent par une seule et même ligne de production : les Porsche Macan, les Panamera, les voitures à moteur thermique ou hybride et, bientôt, les sportives 100 % électriques.

Une équipe, une ligne, trois motorisations – telle est la formule gagnante qui s’applique partout dans les gigantesques halls de l’usine. Sur les t-shirts, les autocollants et les tableaux d’affichage. La cohésion est grande, la fluctuation minime. Actuellement, Leipzig emploie 4 300 personnes qui produisent plus de 550 voitures – par jour. Gerd Rupp : « Nous devons notre réussite en premier lieu à notre équipe hautement qualifiée et motivée. » Le directeur de l’usine est également le président du conseil d’administration de Porsche Leipzig GmbH, une filiale à 100 % de Porsche AG. 1 000 robots à la pointe de la technologie assistent les collaboratrices et les collaborateurs en exécutant à leur place les tâches les plus pénibles et répétitives. 

Collaboration :

Collaboration :

les moteurs du Macan et de la Panamera ne sont pas produits à Leipzig mais dans d’autres établissements du groupe. La photo montre le préassemblage du moteur et l’installation du châssis.

Parmi eux, le module 321 joue un rôle crucial puisque c’est lui qui est chargé de l’union sacrée entre le châssis équipé des organes moteurs et la carrosserie. L’usine est dotée d’une gestion des flux logistiques sophistiquée : des véhicules transporteurs autonomes circulent sur des boucles inductives et livrent les pièces nécessaires à chaque poste. Extrêmement résistants et toujours ponctuels, les petits assistants arborent le célèbre design des voitures de course Porsche. 

Une alliance de pointe :

Une alliance de pointe :

la carrosserie, le moteur et le châssis s’unissent de manière entièrement automatisée.

Après la construction de la carrosserie, la peinture et l’assemblage, chaque véhicule passe directement sur la piste d’essai de l’usine. « Par ailleurs, explique Gerd Rupp, chaque client qui prend livraison de sa voiture ici sur le site Porsche Leipzig peut conduire sur notre circuit accompagné d’un formateur qui lui fournit des explications. Bien entendu, pas avec sa voiture flambant neuve, mais à bord d’un modèle similaire. » Ainsi, environ 2 800 clients font le choix chaque année de vivre cette expérience inédite.

Le circuit, long de 3,7 kilomètres et situé directement devant le « Diamant », a été conçu par Hermann Tilke, architecte et concepteur de circuits de Formule 1. Il comporte six lignes droites extrêmement rapides et six virages. La piste de douze mètres de largeur remplit les mêmes exigences qu’un circuit automobile et a été certifiée par la Fédération internationale de l’automobile (FIA). Elle est complétée par un circuit dynamique de 2,2 kilomètres avec des zones mouillées pour les exercices de maniabilité et de freinage.

Au lancement des travaux de construction de l’usine, le terrain ne possédait aucune infrastructure, mais beaucoup d’espace que Porsche a agencé à son image. Historiquement, le parcours tout-terrain de 132 hectares a rempli plusieurs fonctions. Utilisé aujourd’hui pour offrir des sensations intenses aux visiteurs, ce terrain a servi de zone d’entraînement militaire aux différents régimes successifs de l’Empire allemand à 1999. La piste de six kilomètres de long inclut d’ailleurs d’anciens bunkers. Le parcours off road comprend 15 modules, dont un passage de gué de 100 mètres de long et une rampe extrême inclinée à 80 %. Ce terrain unique transforme l’enlèvement d’une Porsche en une expérience inoubliable pour le client. Et ce n’est pas tout : le centre clients développé en Experience Center offre aux pilotes amateurs du monde entier les plus avides de sportivité de faire le plein d’émotions. Des visites d’usine et une offre gastronomique sont également proposées, sur réservation et depuis peu, pour les visiteurs spontanés.

Normes de qualité rigoureuses :

Normes de qualité rigoureuses :

les voitures font l’objet de contrôles quotidiens poussés. Ce champ lumineux spécial révèle le moindre détail.

« Tout cela laisse Fred complètement indifférent », confie Gerd Rupp en souriant. Nous avons suivi le patron sur le pré situé juste devant l’usine, où paissent les 75 aurochs, dont Fred, introduits par Porsche dans le cadre de la renaturation du site. Pour contribuer à la protection de la nature, la zone compte également 25 poneys Exmoor laissés en liberté, trois millions d’abeilles ainsi qu’une riche faune sauvage. « Nous assumons notre responsabilité environnementale, dans les halls de l’usine et dans la nature environnante », souligne Gerd Rupp. Tandis qu’au dehors, oiseaux, chevreuils et blaireaux profitent de leur nouvel habitat dans cette idyllique plaine alluviale, l’écoresponsabilité est également au cœur des préoccupations en production, avec l’utilisation efficiente des matières premières, des matériaux et des moyens de production ainsi que l’optimisation des processus.

L’usine s’est déjà vue décerner de très nombreux prix, notamment pour la protection de l’environnement, la biodiversité, son bilan énergétique et écologique et l’usage des ressources. Ainsi, en 2021, elle a obtenu le Lean & Green Management Award, un prix auquel avaient prétendu 250 usines de plus de dix pays et 20 secteurs industriels. 

Promotion culturelle :

Promotion culturelle :

depuis 2011, Porsche sponsorise l’orchestre du Gewandhaus de Leipzig.

Les installations de production de Leipzig fonctionnement entièrement avec de l’électricité issue de sources renouvelables. Les panneaux photovoltaïques de l’usine sont capables de fournir à eux seuls 5 000 mégawattheures par an. La centrale de biomasse implantée directement sur le site couvre 80 % des besoins thermiques de l’atelier de peinture avec un impact carbone neutre. Le bilan carbone de l’ensemble de l’usine est d’ores et déjà neutre. Et elle deviendra bientôt aussi une usine zéro impact, c’est-à-dire que la production n’aura aucune empreinte écologique. 

« Je suis particulièrement fier de notre centre de formation », annonce Gerd Rupp, abordant une autre thématique chère à Porsche. « C’est formidable de voir des jeunes se lancer dans le monde du travail ici, chez nous. » Le nouveau bâtiment de 1 600 mètres carrés a été inauguré pour l’année académique 2021/2022. Au fil de deux décennies d’existence, l’usine a su attirer de plus en plus de jeunes : de cinq à l’inauguration, le nombre d’apprentis est passé à 120 aujourd’hui. Tous viennent dans l’intention de rester. Et tous se sentent bien dans un environnement où tout est fait pour promouvoir la formation tout au long de la vie. Les ouvriers qualifiés reviennent ainsi régulièrement au centre de formation pour rafraîchir ou compléter leur savoir-faire.

Les personnes qui travaillent chez Porsche jouissent d’un certain prestige à Leipzig. Il faut dire que le constructeur de voitures sportives joue un rôle central dans la région : il crée de l’emploi, favorise le tourisme international avec ses offres incomparables, soutient le célèbre orchestre du Gewandhaus de Leipzig ainsi que des concerts de bienfaisance, et propose des événements culturels à tout un chacun. Cette année, Wagner 22 est à l’affiche du programme culturel du site – un festival d’opéra qui rend hommage au compositeur Richard Wagner originaire de Leipzig. Par ailleurs, Porsche soutient depuis de longues années le sport des jeunes avec son initiative Turbo für Talente et le club de football de première division RB Leipzig. « En matière de formation, nous essayons surtout de soutenir les enfants, adolescents et étudiants défavorisés avec des programmes d’apprentissage dans l’usine et des bourses d’études », affirme Gerd Rupp. Depuis 2013, l’entreprise a également sa propre chaire de management à l’école de commerce de Leipzig. « Depuis que nous nous sommes installés ici », résume le directeur de l’usine, « le site nous donne beaucoup, mais nous lui rendons aussi énormément. »

« Nous devons notre réussite en premier lieu à notre équipe. »

Gerd Rupp

Info

550 véhicules
C’est le nombre de Macan et de Panamera qui sortent chaque jour de l’usine de Leipzig.

88 pour cent
La majeure partie des voitures ont le volant à gauche. Elles sont exportées dans le monde entier directement à la sortie de l’usine par une liaison ferroviaire.

3 équipes
L’usine tourne du lundi au vendredi, avec des équipes qui se relaient 24 h sur 24. Le week-end, les chaînes sont généralement à l’arrêt.

18 pour cent
Les sièges sport comptent parmi les options les plus demandées. Près d’une voiture sur cinq en est équipée.

1 000 robots
Dans l’usine Porsche de Leipzig, des robots haute technologie facilitent la tâche du personnel.

430 pièces
L’assemblage des composants dans la carrosserie de la Panamera fait appel à des procédés mécaniques et thermiques.

Heike Hientzsch
Heike Hientzsch

Articles connexes

Consommation et émissions

Modèles Panamera Sports Saloon E-Hybrid

WLTP*
  • 2,9 – 2,0 l/100 km
  • 66 – 45 g/km
  • 24,6 – 22,6 kWh/100 km
  • 46 – 56 km

Modèles Panamera Sports Saloon E-Hybrid

Consommation et émissions
consommation de carburant en cycle mixte (WLTP) 2,9 – 2,0 l/100 km
émissions de CO₂ en cycle mixte (WLTP) 66 – 45 g/km
consommation électrique en cycle mixte (WLTP) 24,6 – 22,6 kWh/100 km
autonomie électrique en cycle mixte (WLTP) 46 – 56 km
autonomie électrique en cycle urbain (WLTP) 49 – 56 km
Classe d'efficacité: D
NEDC*
  • 2,7 – 2,0 l/100 km
  • 62 – 47 g/km
  • 21,8 – 17,0 kWh/100 km

Modèles Panamera Sports Saloon E-Hybrid

Consommation et émissions
consommation de carburant en cycle mixte (NEDC) 2,7 – 2,0 l/100 km
émissions de CO₂ en cycle mixte (NEDC) 62 – 47 g/km
consommation électrique en cycle mixte (NEDC) 21,8 – 17,0 kWh/100 km
Classe d'efficacité: D

Macan GTS

WLTP*
  • 11,7 – 11,3 l/100 km
  • 265 – 255 g/km

Macan GTS

Consommation et émissions
consommation de carburant en cycle mixte (WLTP) 11,7 – 11,3 l/100 km
émissions de CO₂ en cycle mixte (WLTP) 265 – 255 g/km
Classe d'efficacité: G
NEDC*
  • 9,9 l/100 km
  • 225 g/km

Macan GTS

Consommation et émissions
consommation de carburant en cycle mixte (NEDC) 9,9 l/100 km
émissions de CO₂ en cycle mixte (NEDC) 225 g/km
Classe d'efficacité: G