Une ère nouvelle

Avec sa décision de produire le Taycan à Zuffenhausen, Porsche lance le plus grand projet de construction jamais réalisé en 80 ans d’histoire du site. L’usine historique du nord de Stuttgart se prépare à la production automobile du futur.

2018, 10 600 collaborateurs

2018, 10 600 collaborateurs

Porsche agrandit actuellement son usine historique en vue de la production du Taycan. Parmi les nouveaux bâtiments figurent un nouvel atelier de peinture, un atelier de tôlerie ainsi qu’un atelier de montage et un hall de logistique.

Plus de 1 200 emplois seront créés et près de 700 millions d’euros seront investis pour le seul site de Zuffenhausen.

L’histoire du site commence il y a 80 ans, lorsque la société Dr. Ing. h.c. F. Porsche KG quitte le centre de Stuttgart pour s’installer à Zuffenhausen. C’est dans ce quartier du nord de la ville que s’écrit dès le début l’histoire de l’automobile : la présérie de la future « Volkswagen Coccinelle » y voit le jour, de même que trois coupés de course Type 64, millésime 1939. À partir de 1950, les premières voitures de sport de la marque Porsche y sont construites : d’abord la légendaire 356, puis la 911 à partir de 1964. Aujourd’hui, le site historique est à l’aube d’une ère nouvelle avec la construction d’une « usine dans l’usine » pour la production du Taycan. À partir de 2019, le constructeur de voitures de sport y fabriquera le premier modèle de série 100 % électrique de la marque, au côté des modèles deux portes. Plus de 1 200 emplois seront créés et près de 700 millions d’euros seront investis pour le seul site de Zuffenhausen.

Plusieurs dizaines de milliers de tonnes d’acier sont utilisées pour la construction du nouvel atelier de tôlerie, de l’atelier de peinture, de la passerelle de convoyage et des ateliers destinés au montage, à la logistique et à la fabrication des moteurs électriques et des essieux, soit peu ou prou la quantité nécessaire à la fabrication de 100 000 carrosseries de 911 Carrera. La terre excavée à Zuffenhausen représente le chargement de 28 000 camions et le béton livré, un volume de près de 112 000 m3. Quelque 300 planificateurs et jusqu’à 3 000 experts en construction veillent au transport de ces gigantesques quantités de matériaux à travers la densité du trafic de Stuttgart jusqu’au chantier en cours. Des piliers de béton pesant jusqu’à 100 tonnes sont acheminés vers l’usine historique de Porsche. Une intense activité règne ces derniers mois à Zuffenhausen.

Transitique :

Transitique :

La vue depuis l’intérieur de la nouvelle passerelle de convoyage donne un aperçu des bouleversements qui s’opèrent aujourd’hui au siège de Porsche : l’ancien est complété par du nouveau, le bâtiment en briques rouges, qui constitue le noyau central du site, est désormais entouré de façades d’acier et de verre qui symbolisent l’entrée de l’entreprise traditionnelle dans une ère nouvelle. Fin 2019, c’est là que sera construite la première Porsche 100 % électrique, au côté des sportives classiques. La passerelle de convoyage, l’une des plus longues au monde, servira à transporter les pièces du moteur et les carrosseries peintes de la sportive électrique de l’atelier de peinture vers la chaîne de montage. Située à 20 m de hauteur, elle enjambe l’axe routier à quatre voies qui sépare l’usine en deux.

Longueur : 890 m
Niveaux : 2
Façade : 17 000 m2
Baies vitrées : 2

Montage et logistique :

Montage et logistique :

De l’espace à profusion pour le Taycan : le nouvel atelier de montage et de logistique sera, à l’avenir, le plus grand complexe de Zuffenhausen. Ses dimensions sont impressionnantes, et sa construction est un véritable casse-tête pour les planificateurs. Durant l’édification en un temps record de ce bâtiment de quatre étages, les 911, les Boxster, les Cayman et les moteurs Porsche continueront d’être fabriqués tout autour du chantier. Les postes de montage de la Porsche électrique sont en cours d’installation dans l’atelier et, l’an prochain, les premiers modèles de série du Taycan sortiront des chaînes de production.

Terre excavée : 240 000 m3
Hauteur : 38 m Profondeur : 25 m
Surface de plancher brute : 62 000 m2
Volume : 360 000 m3
Éléments préfabriqués : 2 760

Atelier de peinture :

Atelier de peinture :

Les derniers travaux sont en cours dans l’atelier de peinture spécialement construit pour le Taycan : la pose des revêtements de sol et des faux-plafonds bat son plein, tandis que les équipements et les postes de peinture sont installés. L’une des particularités du bâtiment : la construction en acier est autoporteuse.

Longueur : 216 m
Hauteur : 28 m
Matériaux : 6 900 t d’acier

La créativité pour pallier le manque de place

« C’est à Zuffenhausen que bat le cœur de Porsche », souligne Reiner Luth, responsable de la planification du projet d’extension. Les nouveaux bâtiments sont érigés alors que la production en série continue juste à côté, sans interruption ni retard. Pour que le Taycan puisse sortir bientôt des chaînes de montage de Zuffenhausen, « nous opérons, pour ainsi dire, à cœur ouvert », assure Reiner Luth. Une « intervention » qui ne va pas sans défis.

Le calendrier est ambitieux. Fin 2015, Porsche prend la décision de fabriquer le Taycan sur son site historique. La production devant débuter en 2019, le temps est compté. Mais ce n’est pas le seul défi. « Ici, l’espace fait cruellement défaut », déplore Jürgen King, responsable de la gestion centrale du chantier. C’est lui qui coordonne la construction pour Porsche. « Pour permettre la construction, 5 000 collaborateurs ont dû déménager en l’espace de six mois. »

L’usine historique de Porsche est limitée de toute part. Elle jouxte directement des quartiers résidentiels, des terrains appartenant à d’autres entreprises, des voies ferrées et des routes. Un grand axe routier à quatre voies sépare même le nouvel atelier de peinture et l’atelier de tôlerie du Taycan de la ligne de montage. L’exiguïté des lieux a obligé Porsche à faire preuve de créativité. Lors des précédentes extensions, Porsche avait construit en hauteur. La même recette s’applique au nouveau chantier. Dans le nouvel atelier de montage et de logistique ainsi que dans l’atelier de tôlerie, la production de la Porsche électrique s’étendra sur quatre niveaux. Le futur modèle de voiture de sport sera fabriqué de haut en bas : le processus d’assemblage se déploiera progressivement jusqu’au rez-de-chaussée, d’où le véhicule fini sortira après réception. Les installations techniques qui pilotent l’ensemble de la production sont logées dans les sous-sols. Un chef-d’œuvre de logistique, quasi unique dans l’industrie automobile.

« Un défi titanesque », estime Reiner Luth. « D’autant qu’il s’agit non seulement du plus grand chantier de l'histoire de Porsche, mais aussi du plus rapide », ajoute Jürgen King. Le choix de Zuffenhausen n’a jamais été mis en doute. Ce mégaprojet ouvre les portes de l’avenir à l’usine historique de la marque. Il envoie aussi un signal clair au site et à son personnel et symbolise pour le futur client du Taycan la promesse d’une qualité « made in Germany ».

Atelier de tôlerie :

Atelier de tôlerie :

Le nouvel atelier de tôlerie est le deuxième plus grand complexe après l’atelier de montage et de logistique du Taycan. Les travaux de construction ont débuté au quatrième trimestre 2015 et aujourd’hui, les premières carrosseries destinées aux véhicules de présérie y prennent déjà forme. À l’avenir, c’est ici que seront produites les caisses de la 911 ainsi que du Taycan.

Volume : 320 000 m3
Surface de plancher brute : 65 000 m2
Hauteur : 30 m
Matériaux : 20 000 t d’acier, 35 000 m3 de béton

 

Des voitures durables issues d’une production durable

Les moteurs électriques et les essieux de la première Porsche 100 % électrique seront également produits sur le site historique de la marque. « Nous en sommes très fiers », déclare Reiner Luth. Tout comme de l’objectif d’une usine neutre en CO2. « C’est la cerise sur le gâteau », renchérit Jürgen King. 42 000 m2 de toits végétalisés sont prévus et de nombreux arbres vont être plantés devant les nouveaux ateliers de l’usine. Certains bâtiments anciens, inefficaces et moins respectueux de l’environnement vont disparaître. L’importance que Porsche accorde à la durabilité et à la protection du climat sera nettement visible. Pour les visiteurs comme pour les passants. « Quand nous aurons achevé l’extension pour le Taycan, Porsche produira des véhicules sans émissions dans une usine neutre en CO2. La boucle est bouclée », résume Jürgen King, le chef du chantier.

1938

Le bureau d’études de Ferdinand Porsche déménage de la Kronenstrasse, au centre-ville de Stuttgart, vers Zuffenhausen. L’usine 1 vient d’y être achevée.

1953

L’atelier de montage conçu par Rolf Gutbrod (usine 2, bâtiment 1) est mis en service. Porsche a commencé à fabriquer ses premières voitures de sport à Zuffenhausen trois ans plus tôt.

1963

Au début des années 1960, le constructeur de voitures de sport se développe considérablement et le site historique s’agrandit. Le hall pour l’enlèvement à l’usine, la porte et l’usine 3 sont ajoutés.

1973

Dès le lancement de la Porsche 911 en 1964, le constructeur de voitures de sport rachète le carrossier Reutter. Cinq ans plus tard, l’usine 2 est étendue avec le bâtiment 41.

1988

Un nouvel atelier de tôlerie voit le jour. Il constituera à l’avenir l’usine 5, qui sera reliée à l’usine 2 par une passerelle de convoyage. Peu après, la production de la Porsche 911, Type 964, y débute.

2015

Six usines, un centre Porsche, le musée Porsche : le site couvre aujourd’hui quelque 614 000 m². L’usine 1, le site historique, n’est plus qu’un bâtiment parmi d’autres.

Sebastian Missel
Sebastian Missel

Frieder Pfeiffer
Frieder Pfeiffer