La puissance de l’air

Utiliser la force du vent relatif : le Porsche Cayenne de troisième génération est le premier SUV doté d’un becquet de toit à déploiement adaptatif, disponible sur la version V8 Turbo, qui permet d’optimiser l’aérodynamique et d’augmenter la déportance selon la situation de conduite.

En position initiale, le becquet prolonge la ligne du toit pour offrir la traînée la plus faible possible. Au-delà des 160 km/h, le système Porsche Active Aerodynamics (PAA) relève le becquet de 6° pour un meilleur appui sur le train arrière. En mode Sport Plus, l’angle d’inclinaison passe à 12,6° pour une meilleure dynamique dans les virages. Lorsque le toit panoramique optionnel est ouvert, l’inclinaison est même de 19,9° à partir de 160 km/h. À son niveau d’inclinaison maximum de 28,2°, le becquet génère à 200 km/h une déportance de 65 kg sur le train arrière. Il agit dès lors comme un aérofrein et réduit sensiblement la distance de freinage pour un véhicule roulant à 250 km/h. L’aérodynamique adaptative s’est déjà brillamment illustrée sur la 911 Turbo, où cette technologie permet de générer une déportance de 60 kg à 200 km/h, et de 130 kg à 300 km/h.

Le Porsche Cayenne utilise les flux d’air à son avantage.

Volets intelligents
Le guidage actif des flux d’air permet de concilier deux objectifs contradictoires en apparence : optimisation de l’aérodynamique et nécessité du refroidissement.

Aérodynamique optimisée
Le Porsche Cayenne Turbo est le premier SUV au monde doté d’un becquet de toit adaptatif qui permet d’augmenter la déportance sur le train arrière.

Thorsten Elbrigmann
Thorsten Elbrigmann