Trajectoire idéale dans les Alpes

Que ressent-on lorsque l’on franchit les cols les plus extrêmes d’Europe dans le sillage d’une douzaine de pilotes de la Cup ? Le paysage montagneux était d’une beauté à couper le souffle lors du premier Passion Drive, un nouvel événement créé par Porsche. Le concept de ce périple de trois jours : la convivialité entre des coureurs habituellement rivaux.

   

911 GT3 Touring: Consommation de carburant en cycle mixte (WLTP) 12,9 l/100 km, Émissions de CO₂ en cycle mixte (WLTP) 293 – 292 g/km
911 Carrera GTS : Consommation de carburant en cycle mixte (WLTP) 11,4 – 10,4 l/100 km, Émissions de CO₂ en cycle mixte (WLTP) 258 – 236 g/km
911 Turbo S Cabriolet: Consommation de carburant en cycle mixte (WLTP) 12,5 – 12,1 l/100 km, Émissions de CO₂ en cycle mixte (WLTP) 284 – 275 g/km
718 Spyder: Consommation de carburant en cycle mixte (WLTP) 11,1 – 10,7 l/100 km, Émissions de CO₂ en cycle mixte (WLTP) 251 – 242 g/km
911 Carrera 4: Consommation de carburant en cycle mixte (WLTP) 10,9 – 10,3 l/100 km, Émissions de CO₂ en cycle mixte (WLTP) 247 – 234 g/km

Arrivés au col du Stelvio, à une altitude de presque 3 000 mètres, la tension monte. Sur le plus élevé des cols italiens, l’air se raréfie tandis que les nuages qui passent confèrent à l’ensemble un caractère mystique. La caméra filme en vue plongeante le Passo dello Stelvio, son nom italien, que nous venons de gravir à bord de notre Cayenne GTS Coupé. Enfin le son que nous attendions tous avec impatience résonne dans la vallée  celui des moteurs boxer. Une procession de Porsche colorées gravit la pente en négociant les 48 virages en épingle à cheveux pendant qu’à ce moment précis, les rayons dorés du soleil baignent la scène. Les voitures de sport ajoutent des touches de couleurs jaune vif, vert python et rouge signal au panorama montagneux. Le Porsche Passion Drive avance dans toute sa splendeur.

En route :

En route :

Jan-Erik Slooten dans sa 911.
Bastian Schramm rejoint le groupe à Glorenza.

Munich, la veille : à 20h15 précises, Hurui Issak, responsable du projet Porsche Carrera Cup Allemagne, prend la parole sur la terrasse située sur le toit de l’hôtel Schwan Locke. La terrasse est remplie et la température atteint 25 degrés. « Nous nous sommes rencontrés sur le circuit », déclare Hurui Issak en jetant un regard rempli de joie sur la foule. « Mais l’ambiance y est souvent stressante et nous pensons plus à nos chronos. À présent, nous souhaitons passer ensemble quelques jours inoubliables. Cette fois-ci, l’important c’est le chemin. » Il est entouré par les participants du premier Passion Drive, tous des visages connus dans l’univers de la Porsche Sports Cup Allemagne et de la Carrera Cup Allemagne qui se sont réunis ici pour effectuer ensemble un périple dans les Alpes. Ils sont tous venus avec leurs proches à bord de leurs Porsche privées parmi lesquelles se trouvent un modèle de la série G (année de construction 1980), un Boxster (type 986, année de construction 2003) et une 911 Turbo S Cabriolet (type 992) actuelle. La destination : le prochain week-end de compétition de la Porsche Carrera Cup Allemagne à Imola en Italie. Ils vont devoir parcourir 1 387 kilomètres, négocier huit cols, de nombreuses chicanes et vivre des moments inoubliables.

 Étape 1: de Munich à Rabland

Douze heures plus tard, les premières voitures de sport sortent du parking souterrain de l’hôtel. Nous prenons la direction du Col de Fern, une route de montagne autrichienne située dans les alpes tyroliennes. Notre première destination est la ville de Glorenza, qui se situe dans le val Venosta en Italie. Au terme de la journée, nous aurons roulé dans quatre pays différents : nous aurons traversé la frontière entre l’Allemagne et l’Autriche, effectué l’ascension de cols en Italie avant de redescendre des pentes vers la Suisse.

Sous les projecteurs :

Sous les projecteurs :

le convoi Porsche effectue une entrée remarquée à Glorenza où il se transforme en attraction.

Notre chemin est parsemé d’édifices historiques tandis que nous franchissons les portes de Glorenza, la plus petite ville de la province autonome de Bolzano. Cette ancienne cité marchande s’inscrit aujourd’hui parmi les perles de la région, notamment en raison de son ambiance moyenâgeuse. Nous effectuons un arrêt dans une autre perle, Flurin, dans un bâtiment de plus de 500 ans. Le restaurant s’est récemment vu décerner le titre de « Découverte de l’année » par Gault&Millau. Bastian Schramm, responsable Marketing chez Porsche Allemagne, nous rejoint afin de saluer personnellement les invités. « Le premier temps fort va bientôt commencer », annonce-t-il : « en route pour le col du Stelvio. » Des applaudissements retentissent et les visages rayonnants en disent long. Le repas se compose d’asperges accompagnées d’un œuf bio poché, d’une sauce maltaise et de croûtons, suivies par des côtes de bœuf avec des pommes de terre primeurs, des bettes et du chimichurri et en dessert, une tarte aux pommes, de la rhubarbe, de l’eau de rose et du thym. Une entrée en matière sur mesure pour l’aspect culinaire de notre voyage aventureux dans les Alpes. 

Peu après, nous atteignons le col du Stelvio, tout comme Ahmad Alshehab. Le pilote âgé de 38 ans a effectué le voyage depuis le Koweït afin d’admirer la vue avec ses collègues. « Chez nous, il n’y a ni montagnes, ni cols », explique-t-il en laissant son regard planer sur la vallée. « C’est très impressionnant pour moi. C’est la première fois que je visite la Suisse, l’Italie et les Alpes ».

Expériences :

Expériences :

que ce soit à l’hôtel Hanswirt ou sur le circuit, dynamique et calme alternent continuellement.

Ahmad Alshehab participe à la Porsche Carrera Cup Allemagne en tant que pilote depuis deux ans. Il semble à présent bien intégré dans la nouvelle communauté. Un sourire heureux sur le visage, le Koweitien monte à bord de sa 911 Turbo S Cabriolet (type 992) noire, prêt à négocier la prochaine piste qui serpente vers la vallée de l’autre côté du col.

En début de soirée, les participants pénètrent sur le parking de l’hôtel Hanswirt de Rabland, à quelques kilomètres de la ville de Merano. Cette ancienne maison accueillera les pilotes pendant deux jours. Les volets rouges et blancs et l’architecture historique témoignent du caractère unique de cet édifice mentionné pour la première fois dans un registre en 1357. Il repose le long de l’ancienne Via Claudia Augusta, l’une des plus importantes voies romaines qui reliait le nord de l’Italie au nord de l’Allemagne et qui permettait ainsi déjà durant l’Antiquité de traverser les Alpes. Les participants du Passion Drive sont accueillis par Matthias Laimer dont la famille gère cet hôtel depuis le 16e siècle. Après un apéritif à l’italienne au bord de la piscine, les pilotes se voient proposer un menu à six plats sur la terrasse pour finir la journée en beauté.
 

Communauté :

Communauté :

de futurs amis font connaissance lors du Passion Drive.

Étape 2 : La province autonome de Bolzano, un lieu de nostalgie

Le matin suivant sur une route de montagne dans les Dolomites : une magnifique vue sur le Sassolungo, le groupe du Sella et Ciampinoi. Nous garons notre Cayenne après un virage, puis nous attendons. Bientôt, le Passion Drive sera ici à nouveau le centre de l’attention. Le doigt repose déjà sur le déclencheur de la caméra, et puis nous pouvons enfin admirer le spectacle : un panorama rehaussé de voitures de sport multicolores, de prairies luxuriantes et d’une chaîne de montagnes à l’arrière-plan. A peine sorti d’un virage, le convoi disparait derrière le suivant et seul l’écho du bruit des moteurs prolonge encore ce moment pendant quelques secondes. Lors du prochain arrêt pour le ravitaillement, nous dégustons un expresso avec Carlos Rivas, pilote de l’équipe Black Falcon, et Jan-Erik Slooten de l’équipe IronForce Racing by Phoenix. « Sur le circuit, Carlos est mon plus grand rival », affirme le pilote de 37 ans Jan-Erik Slooten qui vient juste de descendre de sa 911 Carrera GTS (type 992) jaune. « Mais ici, nous sommes des amis qui passent leurs vacances ensemble. » C’est ce qui caractérise le Passion Drive. Le Luxembourgeois de 45 ans Carlos Rivas acquiesce en souriant. Il se déplace à bord d’une 911 Cabriolet (série G) que le Porsche Center du Luxembourg a mis à sa disposition. À titre personnel, il préfère la technique moderne. « C’est nouveau pour moi de me déplacer à bord d’un véhicule classique sur une longue distance », explique-t-il, « mais c’est une expérience enrichissante. » Le week-end suivant, Carlos Rivas sera à nouveau au volant de son bolide et fêtera une victoire à Imola dans la catégorie ProAm, tout comme Jan-Erik Slooten.

Des cols escarpés :

Des cols escarpés :

huit grands cols franchis en trois jours pour profiter de telles vues.

Aujourd’hui, nous roulons vers les cols de Gardena, Falzarego et Pordoi. Les routes sont parfois si désertes que l’on pourrait véritablement se croire sur un circuit. Les virages s’enchaînent permettant à chaque fois de découvrir une vue spectaculaire. Nous pénétrons un peu plus dans les Dolomites et poursuivons également notre périple culinaire. Nous nous retrouvons pour la pause déjeuner à SanBrite dans la Cortina d’Ampezzo. Ce restaurant recommandé par le Guide Michelin gère sa propre laiterie et un jardin potager d’où proviennent les ingrédients de l’entrée. Un temps fort culinaire suivi de nouveaux cols qui nous ramèneront vers l’hôtel Hanswirt.

Étape 3 : Bologne en passant par le lac de Garde

Italie méditerranéenne :

Italie méditerranéenne :

après les Alpes, le lac de Garde, entre oliviers et ambiance typiquement italienne.

Nous avons laissé les Alpes derrière nous et le soleil brille sur le lac de Garde : nous nous tenons sur le flanc de la montagne avec Frank et Fabian Heydgen de Munich. Ce duo père-fils constitue le parfait exemple de la transmission de la passion Porsche Motorsport de génération en génération et comment chacun la vit différemment. 

Frank Heydgen, 55 ans, possède une licence de sport automobile et à la fin des années 1990, il a suivi une formation auprès de Walter Röhrl dans l’école de pilotage de Porsche, mais sa passion ne s’est jamais transformée en profession. « Cependant, j’ai pratiquement participé à toutes les courses de la Gentleman Drivers Cup avec ma 911 », explique le promoteur de projets immobiliers. Il a rejoint le Passion Drive à bord de sa 911 Carrera 4 (type 992). Il a donné sa 911 SC 3.0, année de construction 1980, à son fils, tout comme sa plus grande passion. 

Deux générations :

Deux générations :

le duo père-fils Frank et Fabian Heydgen profite de la vue sur le lac de Garde.

Et contrairement à son père, Fabian Heydgen a fait de sa passion son métier. Sa ferme volonté de travailler sur le circuit a conduit ce jeune homme de 21 ans à rejoindre l’équipe CarTech Motorsport by Nigrin. Il effectue actuellement sa dernière année de formation de mécatronicien et officie depuis cette saison en tant que directeur d’équipe. Pour lui, le Passion Drive constitue le point d’orgue de sa formation et le début de sa carrière. « C’est la première fois que je conduis sur des routes aussi sinueuses » explique radieux le plus jeune participant à l’événement. Et lorsque l’on roule en compagnie de pilotes aussi rodés, c’est encore bien plus agréable. » 

Des aventures culinaires :

Des aventures culinaires :

chaque jour, midi et soir, nous découvrons d’excellents restaurants qui nous réservent de délicieuses surprises.
Communuauté harmonieuse :

Communuauté harmonieuse :

réunis par la passion, les participants profitent de moments personnels loin des circuits.
Les participants ne collectionnent pas les coupes, mais les souvenirs.

Il est temps de passer à la dernière étape. Les virages s’enchaînent et de nombreux bateaux de pêche flottent sur le lac de Garde : le panorama alpin laisse à présent la place à une ambiance italienne et quatre heures plus tard, nous sommes assis sur la Piazza Minghetti à Bologne. La dernière soirée touche à sa fin, le drapeau à damier devrait bientôt être agité. Hurui Issak résume ainsi le premier Passion Drive : « Au début, nous étions liés par la passion pour le sport automobile », dit-il en laissant planer son regard sur la place, « mais à présent, le plus important ce sont les moments passés ensemble. Nous partageons des instants, des histoires et des expériences qui n’appartiennent qu’à nous. »

Tandis que nous roulons dans la nuit tiède à bord de notre Cayenne, ces mots résonnent encore en nous. Notre voyage se termine, mais pour les pilotes, il se poursuit demain vers Imola pour la Porsche Carrera Cup Allemagne. Aucun d’entre eux ne remportera la course, mais ces derniers jours ont démontré qu’il ne s’agit pas seulement d’occuper une place sur un podium. Le plus important, c’est l’aspect humain, la communauté et la passion.

Pour en savoir plus

Vous aussi, vous aimeriez participer à cet incroyable circout dans les Alpes ? Retrouvez dès aujourd’hui le trajet du premier Porsche Passion Drive dans l’application Roads.

Les participants

Porsche Sports Cup Allemagne
Depuis plus de 17 ans, la PSC s’inscrit parmi les séries destinées à la clientèle et aux clubs qui rencontrent le plus de succès dans le monde. Les clients amateurs de sport automobile peuvent ainsi participer à différentes courses sans posséder de licence et à bord de différents modèles. Les courses se déroulent durant six week-ends et sur cinq circuits différents.

Porsche Carrera Cup Allemagne
Créée en 1990, la Carrera Cup Allemagne, succédant à la 944 Turbo Cup, est la plus ancienne série de courses monomarque du monde. Seules les voitures de course étant des déclinaisons et développées à partir de la 911 actuelle sont autorisées. Les pilotes participants doivent au moins obtenir une licence de course internationale C délivrée par la Fédération allemande du sport automobile.

Matthias Kriegel
Matthias Kriegel
Articles connexes

Consommation et émissions

Cayenne GTS Coupé

WLTP*
  • 14,0 – 13,3 l/100 km
  • 318 – 302 g/km

Cayenne GTS Coupé

Consommation et émissions
Consommation de carburant en cycle mixte (WLTP) 14,0 – 13,3 l/100 km
Émissions de CO₂ en cycle mixte (WLTP) 318 – 302 g/km
Classe d'efficacité: G
A
B
C
D
E
F
G 318 – 302 g/km

911 Carrera 4

WLTP*
  • 10,9 – 10,3 l/100 km
  • 247 – 234 g/km

911 Carrera 4

Consommation et émissions
Consommation de carburant en cycle mixte (WLTP) 10,9 – 10,3 l/100 km
Émissions de CO₂ en cycle mixte (WLTP) 247 – 234 g/km
Classe d'efficacité: F
A
B
C
D
E
F 247 – 234 g/km
G

718 Spyder

WLTP*
  • 11,1 – 10,7 l/100 km
  • 251 – 242 g/km

718 Spyder

Consommation et émissions
Consommation de carburant en cycle mixte (WLTP) 11,1 – 10,7 l/100 km
Émissions de CO₂ en cycle mixte (WLTP) 251 – 242 g/km
Classe d'efficacité: G
A
B
C
D
E
F
G 251 – 242 g/km

911 Turbo S

WLTP*
  • 12,3 – 12,0 l/100 km
  • 278 – 271 g/km

911 Turbo S

Consommation et émissions
Consommation de carburant en cycle mixte (WLTP) 12,3 – 12,0 l/100 km
Émissions de CO₂ en cycle mixte (WLTP) 278 – 271 g/km
Classe d'efficacité: G
A
B
C
D
E
F
G 278 – 271 g/km

911 Carrera GTS

WLTP*
  • 11,4 – 10,4 l/100 km
  • 258 – 236 g/km

911 Carrera GTS

Consommation et émissions
Consommation de carburant en cycle mixte (WLTP) 11,4 – 10,4 l/100 km
Émissions de CO₂ en cycle mixte (WLTP) 258 – 236 g/km
Classe d'efficacité: G
A
B
C
D
E
F
G 258 – 236 g/km

911 Carrera

WLTP*
  • 10,8 – 10,3 l/100 km
  • 245 – 233 g/km

911 Carrera

Consommation et émissions
Consommation de carburant en cycle mixte (WLTP) 10,8 – 10,3 l/100 km
Émissions de CO₂ en cycle mixte (WLTP) 245 – 233 g/km
Classe d'efficacité: F
A
B
C
D
E
F 245 – 233 g/km
G

911 Turbo S Cabriolet

WLTP*
  • 12,5 – 12,1 l/100 km
  • 284 – 275 g/km

911 Turbo S Cabriolet

Consommation et émissions
Consommation de carburant en cycle mixte (WLTP) 12,5 – 12,1 l/100 km
Émissions de CO₂ en cycle mixte (WLTP) 284 – 275 g/km
Classe d'efficacité: G
A
B
C
D
E
F
G 284 – 275 g/km

911 GT3 Touring

WLTP*
  • 12,9 l/100 km
  • 293 – 292 g/km

911 GT3 Touring

Consommation et émissions
Consommation de carburant en cycle mixte (WLTP) 12,9 l/100 km
Émissions de CO₂ en cycle mixte (WLTP) 293 – 292 g/km
Classe d'efficacité: G
A
B
C
D
E
F
G 293 – 292 g/km