Vie intérieure

Quel est l’habitacle du futur selon les conducteurs Porsche ? Une vision de l’après-demain.

   

Pour façonner le futur, les designers abolissent les frontières. Ils prennent le meilleur de la tradition et des origines, l’essence de la marque, les valeurs qui ont fait le succès de l’entreprise, et explorent de nouvelles voies audacieuses. Ils étudient les habitudes des gens en général, et celles des propriétaires de modèles Porsche en particulier. « Hier, on tapait sa destination sur le système de navigation embarqué avant de partir. Aujourd’hui, on saisit son itinéraire sur son smartphone bien installé sur son canapé, puis on le transmet à la voiture. » Pour Ivo van Hulten, directeur du département UX Design, le champ des possibles est un horizon à portée de main. Au Centre de développement de Weissach, l’expérience utilisateur, désignée par le terme UX (de l’anglais User Experience), représente tout ce qui peut être vécu dans et avec une Porsche. Il s’agit de saisir les aspirations des clients en matière de confort, de flexibilité et de modernité, en un mot de définir ce qui fait l’expérience de marque.

Vision : intérieur du concept car « Renndienst »

Vision : intérieur du concept car « Renndienst »

Les designers du département Style Porsche de Weissach voyagent loin dans le futur de la mobilité. Pour imaginer les étapes de demain, ils pensent et conçoivent des visions pour après-demain, se demandant jusqu’où pousser le langage du design de Porsche et à quels produits l’appliquer. C’est ainsi qu’est né le « Renndienst ». Le van, un concept de minibus avec un espace intérieur familial, peut accueillir jusqu’à six personnes. Ces défis de conception permettent aux designers de cultiver leur vivacité d’esprit.

Avec Michael Mauer, designer en chef, et Markus Auerbach, responsable du design intérieur, Ivo van Hulten expérimente chaque jour ce qui répondra dans quelques années à ces attentes. Pour cultiver leur vivacité d’esprit, les designers ont adopté la « méthode du premier principe ». Rompant avec les analogies familières, ils décomposent les hypothèses en leurs plus petites composantes. Plutôt que de se concentrer sur les formes connues, ils se penchent sur les fonctions qui pourraient s’avérer intéressantes à l’avenir. Ils s’interrogent ainsi sur ce qu’une Porsche pourrait être ou ne pas être. Ce processus créatif esquisse des réponses à des questions que personne ne s’était posées auparavant. Dans un ouvrage intitulé Porsche Unseen, Porsche a levé le voile sur 15 concept cars jusque-là gardés secrets. Parmi eux, la Porsche Vision « Renndienst » : ce minibus capable d’accueillir jusqu’à six personnes à son bord porte dans son nom la réminiscence de l’utilitaire Volkswagen qui servait autrefois de véhicule de service aux équipes techniques auprès de l’écurie d’usine en compétition. Futuriste et tout en rondeurs, le van offre une cabine de voyage modulaire à l’intérieur.

« Avec le département UX, nous nous appuyons sur l’histoire de la marque tout en nous projetant avec audace vers l’avenir. » Ivo van Hulten

L’intérieur du futur

« Nous avons réfléchi à la manière de donner une touche typiquement Porsche à un habitacle dont la conception est éloignée de l’intérieur classique d’une voiture de sport, et à la manière de façonner la conduite autonome », explique Michael Mauer. Ce deuxième aspect mérite qu’on s’y attarde. La voiture de sport incarne le plaisir de conduire par excellence. « Nous ne partons pas du principe que nos clients veulent renoncer au volant », affirme Michael Mauer. Mais pour imaginer librement le futur, il faut aller au-delà de ces considérations élémentaires. C’est ainsi que le siège conducteur a été placé en position centrale dans le « Renndienst ». « Quand je suis au volant, j’ai davantage la sensation du cockpit que dans n’importe quelle autre voiture. Et quand je ne conduis pas, je peux faire pivoter le siège conducteur de 180° pour faire face aux passagers. Nous avons consacré près d’un an à la matérialisation de cette idée de base », poursuit le designer en chef. 

Capsule spatiale :

Capsule spatiale :

la conception de la caisse découle de l’intérieur modulaire.

Pour la conception intérieure, l’expérience utilisateur globale est axée sur le mode de vie numérique et la relation entre conducteur, passagers et véhicule. « Avec le Taycan, nous avons montré à quel point nous anticipons l’avenir », souligne Ivo van Hulten, 43 ans. « Nous nous penchons aujourd’hui sur la prochaine innovation holistique. Pour cela, nous avons décidé de changer de perspective en travaillant de l’intérieur vers l’extérieur. »

« Loin de l’intérieur classique d’une voiture de sport, mais avec une touche typiquement Porsche. » Michael Mauer

Les vitres latérales sont conçues de manière asymétrique. « L’un des côtés est fermé pour offrir aux passagers davantage d’intimité », explique Markus Auerbach, responsable du design intérieur. « L’autre flanc est paré d’une grande baie vitrée pour offrir une vue imprenable sur l’extérieur. Une fois les portes fermées, on se sent comme dans un cocon. » Une impression de sécurité et de confort se dégage de l’intérieur modulaire. Les sièges passagers ergonomiques de la première rangée sont espacés à droite et à gauche dans l’habitacle. Ils bénéficient d’une vue dégagée vers l’avant et sur les écrans de part et d’autre de la planche de bord. Les appuie-têtes de la banquette arrière flottent dans l’espace afin de dégager la vue à travers la lunette arrière. Le luxe de l’espace convertible est rendu possible par la motorisation 100 % électrique logée dans le soubassement.

Cockpit : conducteur au centre

Cockpit : conducteur au centre

La position centrale du siège symbolise le credo de Porsche : la maîtrise de la conduite par le conducteur. Le siège peut être tourné de 180° d’un seul geste. L’habitacle devient alors centre de communication. Cinq instruments ronds accompagnent le voyage dans le futur, en hommage à la tradition et aux gènes de la marque. Les boutons haptiques ont encore de l’avenir. Les écrans passagers de droite et de gauche peuvent être commandés individuellement ou escamotés dans la planche de bord.

L’UX : un facteur de réussite

Ivo van Hulten s’intéresse à la future clientèle : la génération smartphone. « Autrefois, la soif de nouveauté était assouvie par l’achat du produit. Aujourd’hui, les jeunes sont fascinés à la fois par l’esthétique du produit et les possibilités qu’il offre. » L’esthétique de l’intérieur dépend donc de bien d’autres facteurs que les formes et les matériaux. « Les questions sont désormais : l’intérieur est-il suffisamment modulable pour s’adapter aux évolutions de vie quelques années après l’achat ? Puis-je faire des mises à jour à distance 24 heures sur 24 ? » Il est convaincu que les réponses seront apportées par une nouvelle esthétique : « Avec le département UX, nous nous appuyons sur l’histoire de la marque tout en nous projetant avec audace vers l’avenir. » 

Markus Auerbach (en haut) et Michael Mauer utilisent le « Renndienst » comme salle de réunion.
« Vue de l’extérieur, une Porsche est une sculpture, une œuvre d’art. L’intérieur y ajoute une dimension supplémentaire. » Markus Auerbach

Son collègue Markus Auerbach ajoute : « Un voyage numérique peut nous ouvrir une porte sur un univers, mais il ne pourra jamais remplacer l’expérience physique. Une voiture est un espace qui bouge, que j’en sois le conducteur ou le passager. Les sièges de ce van ont été conçus pour le mouvement, ils maintiennent et soutiennent le corps. » Du siège sport de la deuxième rangée, il montre la banquette arrière aux allures de lounge. « La banquette offre un autre angle d’assise grâce à ses côtés incurvés, on peut se tourner l’un vers l’autre. C’est un espace dédié à la communication et à la relaxation qui offre différentes positions d’assise pour parler, travailler et se détendre. » Pour ce spécialiste de 57 ans, les matériaux du futur seront constitués de matières premières renouvelables comme le bois, réinterprétées et combinées avec des métaux ou des bioplastiques. Le bois était autrefois banni dans les véhicules, mais il pourrait bientôt faire son retour. Markus Auerbach mise également sur les matériaux dits intelligents, capables de réagir à des facteurs externes ou de s’illuminer sans être directement éclairés, mais aussi sur des matériaux qui changent de forme pour s’adapter parfaitement à l’ergonomie des occupants.

Asymétrie :

Asymétrie :

Pare-vue à gauche et grande porte coulissante à droite.

Un supplément d’âme

Les visions sur lesquelles travaillent ensemble les départements spécialisés de Weissach sont complexes, car elles façonnent les espaces dans lesquels les gens sont assis. « Vue de l’extérieur, une Porsche est une sculpture, une œuvre d’art. L’intérieur y ajoute une dimension supplémentaire. Les voitures qui pèchent par leur intérieur ne survivent pas longtemps, car il n’est pas possible de créer un lien émotionnel avec elles », résume Markus Auerbach. Pour ce designer d’intérieur, il est clair qu’il y aura toujours des boutons à l’avenir : « L’équilibre entre les organes de commande analogiques et numériques évolue. Toutefois, les boutons haptiques sont parfaitement adaptés à la conduite, car le conducteur n’a pas besoin de quitter la route des yeux. Mais si un jour, les interventions directes du conducteur devaient diminuer en nombre, cela pourrait changer la donne. Tout ne doit pas passer par le visuel, car il nous manquerait des dimensions. »

« Une fois les portes fermées, on se sent comme dans un cocon. » Markus Auerbach

Lors de la prochaine étape, Ivo van Hulten entend donner une âme au « Renndienst ». Il se souvient de la série américaine Knight Rider (K2000 en version française), qu’il aimait regarder lorsqu’il était enfant. « K.I.T.T., la voiture qui parle, me fascinait. J’étais subjugué par la redoutable équipe formée par l’acteur principal et le véhicule. La voiture semblait avoir une âme. » Pour le concept car, les questions qu’il se pose sont les suivantes : « Quelles relations quotidiennes envisager ? Appellerons-nous dans 30 ans notre voiture au téléphone pour qu’elle vienne nous chercher ? » C’est à partir de cette vision de l’après-demain que l’équipe de designers tente de trouver aujourd’hui des réponses concrètes pour demain, tout en conservant les gènes de la marque et en préservant son âme. 

911-magazine.porsche.com

Dans l’épisode 17 du 9:11 Magazine, Michael Mauer explique comment le design du futur prend forme à Weissach.

Christina Rahmes
Christina Rahmes

Articles connexes

Consommation et émissions

Taycan GTS Sport Turismo

WLTP*
  • 0 g/km
  • 24,1 – 21,0 kWh/100 km
  • 424 – 490 km

Taycan GTS Sport Turismo

Consommation et émissions
émissions de CO₂ en cycle mixte (WLTP) 0 g/km
consommation électrique en cycle mixte (WLTP) 24,1 – 21,0 kWh/100 km
autonomie électrique en cycle mixte (WLTP) 424 – 490 km
autonomie électrique en cycle urbain (WLTP) 524 – 616 km
Classe d'efficacité: A
NEDC*
  • 0 g/km
  • 26,0 kWh/100 km

Taycan GTS Sport Turismo

Consommation et émissions
émissions de CO₂ en cycle mixte (NEDC) 0 g/km
consommation électrique en cycle mixte (NEDC) 26,0 kWh/100 km
Classe d'efficacité: A

911 Carrera 4S

WLTP*
  • 11,1 – 10,2 l/100 km
  • 253 – 231 g/km

911 Carrera 4S

Consommation et émissions
consommation de carburant en cycle mixte (WLTP) 11,1 – 10,2 l/100 km
émissions de CO₂ en cycle mixte (WLTP) 253 – 231 g/km
Classe d'efficacité: G
NEDC*
  • 10,1 – 9,7 l/100 km
  • 231 – 222 g/km

911 Carrera 4S

Consommation et émissions
consommation de carburant en cycle mixte (NEDC) 10,1 – 9,7 l/100 km
émissions de CO₂ en cycle mixte (NEDC) 231 – 222 g/km
Classe d'efficacité: G