Formule gagnante pour Liu Fan

C’est l’un des établissements d’enseignement supérieur les plus réputés au monde : l’université Tongji de Shanghai entretient depuis longtemps des liens étroits avec Porsche afin de former les ingénieurs de demain. Liu Fan fait partie de la génération montante à fort potentiel. Avec son équipe, le jeune étudiant a remporté l’édition chinoise du concours Formula Student Electric.

  

« Cache tes talents ! », telle est la devise des parents de Liu Fan.
Un don pour la technique :

Un don pour la technique :

Liu Fan a découvert sa passion pour les moteurs électriques à l’âge de 8 ans.

Difficile de donner un prénom plus prémonitoire : en 1997, dans le nord-est de la Chine, monsieur et madame Liu baptisent leur enfant « Fan », un nom qui invite à la discrétion. Ces deux enseignants originaires de la ville côtière de Qinhuangdao, située à l’extrémité orientale de la Grande Muraille, ont choisi pour leur fils un prénom à double sens, qui exprime le souhait que le jeune garçon grandisse sans encombre, et fait référence à une maxime de l’ancien dirigeant chinois Deng Xiaoping qui recommandait de « cacher ses talents » en attendant son heure. 

Liu Fan (en Chine, le nom de famille précède toujours le prénom) incarne à la perfection cette maxime. Dans son pays, les jeunes gens doivent faire leurs preuves tout au long d’un parcours de sélection exigeant pour poursuivre des études supérieures. Or le jeune garçon ne s’est pas contenté de se qualifier pour la première ligue, il a également rejoint la Ligue des champions des futurs ingénieurs. Il étudie aujourd’hui à l’université Tongji de Shanghai, l’un des établissements d’enseignement supérieur les plus réputés au monde.

Son parcours estudiantin, qui touche aujourd’hui à sa fin, a été émaillé de nombreuses distinctions récompensant son travail. Sa plus grande réussite reste d’avoir mené l’équipe de Tongji à la victoire en tant que capitaine lors du concours Formula Student Electric. Les participants à ce concours d’innovation doivent concevoir et piloter des voitures de course entièrement électriques. L’équipe victorieuse dirigée par Fan comptait une centaine de ses condisciples. Le projet a été financé par Porsche Chine. 

« Je serais ravi de créer une entreprise avec mes camarades. » Liu Fan

L’université Tongji a noué des liens étroits avec l’Allemagne bien avant la construction de la première sportive à Zuffenhausen. Cet établissement supérieur d’élite a en effet été fondé en 1907 par des médecins allemands pour former du personnel médical. Rien, pas même les guerres ni les révolutions, n’a pu distendre ce lien depuis. La Faculté sino-allemande, qui a vu le jour en 1998, fait aujourd’hui figure de référence pour les échanges de connaissances entre les deux pays. 

C’est cette proximité qui a conduit Oliver Blume à faire une partie de ses études à l’université Tongji, dont il est diplômé : « J’ai été frappé par la créativité et la volonté des gens de progresser et de faire progresser leur pays. Cette dynamique m’a fait forte impression. » 

S’il a choisi cette destination, c’est sur les conseils de l’un de ses directeurs de thèse, un Chinois qui enseignait à l’université technique de Brunswick. C’est lui qui a convaincu Oliver Blume de rejoindre le tout nouvel institut d’ingénierie automobile dont Tongji venait de se doter. En 2001, l’actuel président du Directoire de Porsche est le premier Allemand à y décrocher un doctorat. Et il y a conservé des liens très étroits. « Oliver Blume a rencontré notre équipe », se souvient Liu Fan, encore très impressionné. « Cela n’a fait que renforcer mon admiration pour Porsche. »

L’élite de demain :

L’élite de demain :

À l’université Tongji de Shanghai, Porsche contribue au développement de la recherche sur les voitures intelligentes.

Porsche Chine fête cette année ses 20 ans d’existence. Sa croissance a été exponentielle. Depuis 2015, le pays est le premier marché intérieur du constructeur. Depuis son implantation locale, Porsche soutient financièrement divers projets socioculturels. En avril 2019, l’entreprise et l’université Tongji ont signé un accord de partenariat, dans lequel s’inscrivent notamment la création d’une chaire universitaire sino-allemande dédiée aux véhicules intelligents ainsi que de nombreuses offres de formation et des transferts de compétences. Les étudiants bénéficient ainsi d’une formation professionnalisante sur site encadrée par des spécialistes de Porsche Engineering. Et quand la pandémie a empêché tout contact interpersonnel, des formations numériques ont pris le relais. Les techniciens en devenir de l’équipe DIAN Racing ont bénéficié quant à eux d’une formation moins théorique et plus sportive : une session de pilotage au Porsche Experience Center de Shanghai qui jouxte le circuit de Formule 1. Ils ont notamment pu suivre un cours sur la gestion de l’énergie sur un véhicule en mouvement. Les aspects pratiques ont été abordés notamment au volant du Porsche Taycan. 

Un vivier de start-up

Dans le domaine de la recherche, l’accent est mis sur les fonctionnalités numériques, une thématique clé en Chine. Aucun autre pays au monde ne voit se créer autant de start-up chaque année. La jeune génération constitue un indicateur de choix pour anticiper l’avenir de l’automobile, comme en atteste l’âge moyen de la clientèle chinoise chez Porsche : 35 ans, contre 53 ans dans le reste du monde. En outre, en Chine, près d’un propriétaire de Porsche sur deux est une femme.

Œuvre de pionnier :

Œuvre de pionnier :

Liu Fan, le chef d’équipe, et Xiao Wenbo, pilote de la DRe20, sont les deux têtes de l’équipe de course de l’université Tongji qui compte une centaine de personnes. Leur mission : développer une solution de mobilité écocompatible.

Liu Fan s’est pris de passion pour le monde de l’automobile en jouant avec une voiture télécommandée. Il avait alors huit ans, et s’intéressait moins à la vitesse qu’aux fonctionnalités de sa voiture électrique miniature. Sa soif de connaissances sur les technologies modernes comme les moteurs électriques ne date pas d’aujourd’hui. Comme il le souligne, l’idée n’est pas nouvelle : « La Lohner-Porsche, une voiture à motorisation électrique, a été présentée au public dès 1900, lors de l’Exposition universelle de Paris. »

« Nous étions motivés à l’idée de devoir trouver des solutions en un temps limité. »

Liu Fan connaît bien aussi la Lohner-Porsche « Semper Vivus », construite la même année. Sa motorisation hybride fait d’elle l’ancêtre du Porsche Cayenne E-Hybrid qu’il conduit aujourd’hui sur le campus. L’étudiant est un grand amateur de motorisations alternatives. La voiture de ses rêves ? Le Porsche Taycan. Mais sa voiture de cœur reste le modèle conçu par son équipe qui a remporté le concours Formula Student Electric : la DRe20 est une voiture au charme fou dotée d’un aileron majestueux.

La Formula Student n’est pas un championnat officiel composé de différentes épreuves, mais un concours d’innovation mondial dont l’histoire remonte à 1981. Les équipes qui s’y affrontent doivent obtenir des points dans divers domaines : design, réalisation du projet, performances de la voiture. Les épreuves pratiques comportent un parcours de maniabilité chronométré, un essai d’endurance et une épreuve d’accélération. En temps normal, les équipes qui se mesurent les unes aux autres viennent du monde entier, mais la pandémie a interrompu les travaux de développement dans de nombreux pays. Liu Fan avait également commencé à apprendre l’allemand pour un échange sino-allemand qui a dû être annulé à cause du coronavirus. 

Le concours a donc débuté localement. Pendant six jours, 101 équipes universitaires chinoises se sont affrontées à Xiangyang, dans la province de Hubei. 67 d’entre elles ont aligné des modèles de course électriques sur la grille de départ. 

Lors de la phase de préparation, l’équipe de l’université Tongji a elle aussi dû se mettre au télétravail. Liu Fan, qui avait déjà été distingué par l’université en 2017 pour son talent de capitaine d’équipe, a été promu chef de projet. « J’aurais de toute façon été beaucoup trop prudent pour être un bon pilote », explique-t-il en souriant. Là où certains concurrents ont misé sur des solutions standard pour la gestion de la batterie, le groupe de Tongji a développé lui-même le cœur de sa voiture électrique. 

« La Lohner-Porsche, une voiture à motorisation électrique, a été présentée au public dès 1900. »

Liu Fan a programmé un logiciel pour élaborer une documentation cohérente sur la conception du véhicule et a conquis le jury par la fluidité des échanges de données et des communications. Il a adoré travailler en équipe : « C’était motivant de devoir trouver des solutions en un temps limité avec une équipe que je n’ai pas choisie. » Il ne serait pas contre l’idée de créer une entreprise avec ses camarades ou, mieux encore, de rejoindre Porsche immédiatement. Peut-être ce rêve est-il sur le point de se réaliser. Chaque année, Porsche ouvre cinq postes de stage pour des étudiants à fort potentiel dans le cadre de l’accord de partenariat passé avec l’université Tongji. Liu Fan est l’un d’entre eux. Nul doute qu’il ne sera pas le dernier junior à qui l’entreprise donnera un coup de pouce au démarrage.

Markus Stier
Markus Stier
Articles connexes

Consommation et émissions

Cayenne E-Hybrid Coupé

WLTP*
  • 3,7 – 3,2 l/100 km
  • 85 – 73 g/km
  • 26,5 – 25,3 kWh/100 km
  • 41 – 43 km

Cayenne E-Hybrid Coupé

Consommation et émissions
consommation de carburant en cycle mixte (WLTP) 3,7 – 3,2 l/100 km
émissions de CO₂ en cycle mixte (WLTP) 85 – 73 g/km
consommation électrique en cycle mixte (WLTP) 26,5 – 25,3 kWh/100 km
autonomie électrique en cycle mixte (WLTP) 41 – 43 km
autonomie électrique en cycle urbain (WLTP) 43 – 47 km
Classe d'efficacité: E
NEFZ*
  • 2,6 – 2,5 l/100 km
  • 60 – 58 g/km
  • 22,4 – 22,0 kWh/100 km

Cayenne E-Hybrid Coupé

Consommation et émissions
consommation de carburant en cycle mixte (NEDC) 2,6 – 2,5 l/100 km
émissions de CO₂ en cycle mixte (NEDC) 60 – 58 g/km
consommation électrique en cycle mixte (NEDC) 22,4 – 22,0 kWh/100 km
Classe d'efficacité: E