2:36,80

Course en hommage à Ferdinand Porsche, Zell am See, 12 février 1956.

Course en hommage à Ferdinand Porsche, Zell am See, 12 février 1956. Agréables et spectaculaires, les courses sur glace attirent généralement un public nombreux. Et en cette froide après-midi d’hiver, quelque 3000 badauds massés autour du lac de Zell assistent à une performance mémorable : Otto Mathé boucle les 4 km de l’épreuve en 157 secondes et remporte la course avec une vitesse moyenne de 93 km/h : un record. L’Autrichien signe cet exploit au volant d’une voiture de sa conception : la Porsche Spezial, une monoplace conçue à partir de pièces Porsche. Ce drôle d’engin semblable à une feuille de papier argenté froissée est surnommé affectueusement « Fetzenflieger », le bolide en lambeaux.

La voiture compte parmi les plus audacieuses et les plus extravagantes de sa génération. Équipée d’un bloc de compétition de 1 500 cm3, puis du moteur Fuhrmann de la 356 A Carrera GT, elle est une véritable Formule 2. En ajoutant des ailes, un second siège et une roue de secours, la voiture peut même concourir dans d’autres catégories. Son poids est idéalement réparti grâce à son centre de gravité extrêmement bas, son empattement raccourci et son moteur positionné devant l’essieu arrière. Avec sa puissance de 120 ch et son poids plume de 395 kg, la voiture, avec son allure singulière, atteint une vitesse de pointe de 210 km/h.

Otto Mathé signe une grande performance au volant d’une monoplace de sa conception : un drôle d’engin semblable à une feuille de papier argenté froissée, affectueusement surnommé « Fetzenflieger ».

Son surnom fait référence au tissu qu’Otto Mathé avait l’habitude de tendre au-dessus du moteur ouvert en guise de filtre à air, afin de pouvoir remplacer rapidement les bougies. Il n’était pas rare que l’étoffe s’embrase et finisse par s’envoler en lambeaux : une véritable attraction pour les spectateurs, venus nombreux pour admirer Otto Mathé. Car si la machine est unique en son genre, son pilote l’est tout autant. Originaire du val de Ziller, dans le Tyrol autrichien, Otto Mathé perd l’usage de sa main droite dans un accident de moto en 1934. C’est la raison pour laquelle le levier de vitesses est placé à gauche. Quand il change de rapports, Otto Mathé s’appuie sur le volant pour maintenir autant que possible sa trajectoire. Malgré son handicap, il surclasse régulièrement ses concurrents. Souvent, il cherche moins à décrocher la victoire qu’à battre le record au tour, comme en ce dimanche d’hiver sur le lac de Zell.

Redoutable compétiteur, Otto Mathé est également un homme d’affaires avisé. Pour développer son commerce de lubrifiants, il met au point des additifs extrêmement performants. L’ingéniosité et la détermination dont il a fait preuve pour vivre sa passion malgré son handicap ont inspiré de nombreux compatriotes, dont les champions du monde de Formule 1 Niki Lauda et Jochen Rindt. Otto Mathé disparaît en 1995 à l’âge de 88 ans, à Innsbruck. Quant à son drôle d’engin, il coule des jours paisibles au musée Prototyp de Hambourg. On y trouve également son blouson de course avec la manche droite cousue sur le devant, qui lui donnait cette allure napoléonienne.

02.02.1956

Course en hommage à Ferdinand Porsche (Prof. Dr. H.c.)
Zell am See, Autriche
Otto Mathé
Longueur du tracé : environ 4 km
« Porsche Spezial »

Gerald Enzinger
Gerald Enzinger

Journalist, author and TV expert on the topic of Formula 1.